Marquette-lez-Lille

9 900 hab. (Marquettois), 486 ha, commune du département du Nord dans le canton de Lille-Ouest, 5 km au nord de la préfecture au confluent de la Deûle et de la Marque, dont elle tire son nom. Elle conserve quelques restes d’une abbaye cistercienne de 1226, avec un hospice pour les pauvres, que rappellent le quartier de l’Abbaye et le pont de l’Abbaye sur la Deûle au sud. Elle est traversée au nord par la rocade nord-ouest de Lille (N 352) et dispose d’une zone industrielle à l’ouest sur la rive gauche de la Deûle. Un tramway touristique circule en saison. La ville a un collège public et une maison de retraite. Le maire est Jean Delebarre, divers droite.

Ses anciennes industries de poids, comme les wagons Decauville, les tracteurs Massey-Ferguson et la chimie Kuhlmann, ont laissé des friches industrielles qui ne sont pas encore entièrement résorbées. De ses minoteries ont hérité le groupe Lesaffre (75 sal. sur place), qui a fermé une malterie en 2006, et la boulangerie Delifrance (100 sal.). Marquette a un Intermarché (45 sal.) et un Simply (30 sal.), un magasin d’articles ménagers KBane (45 sal.), des négoces de sanitaires Argos (45 sal.) et de fournitures CTA (30 sal.); vente à distance Domoti (190 sal.), informatique Safig (100 sal.), services funèbres OGF (30 sal.); canalisations Axeo (30 sal.), recyclage de métaux Cibie (30 sal.) et de déchets Vanheede (30 sal.); entreposage Sadas (100 sal.). Le nom de la commune a été complété en 1962. Sa population a atteint 2 000 hab. en 1853, 5 000 en 1901, et a augmenté jusqu’en 1999 où elle a atteint 10 900 hab. ; les estimations pour 2010 lui en attribuent un millier de moins.