Maxéville

9 000 hab. (Maxévillois) dont 140 à part, 562 ha, commune de Meurthe-et-Moselle dans le canton de Pompey, juste au nord de Nancy sur la rive gauche de la Meurthe. Elle se partage entre la plaine de Meurthe, où a pris place une station d’épuration, et une fraction du plateau qui porte à Nancy le grand ensemble du Haut du Lièvre, et qui est traversée par l’A 31; très gros échangeur N 4-A 31-A 33 à l’ouest de la commune, les deux autoroutes formant aussi la rocade ouest de Nancy; anciennes carrières Solvay au nord de la commune, en voie de réhabilitation, centre de spectacles Zénith.

La commune a une zone franche urbaine et a reçu en 2008 la nouvelle maison d’arrêt de Nancy (690 places, 280 employés); elle a accueilli d’autres équipements nancéens, l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres), une grande maison de retraite catholique, un foyer du Jeune ouvrier, une clinique (13 lits), une maison pour enfants handicapés mentaux et trois instituts médico-éducatifs (institution départementale Jean-Baptiste Thiéry pour polyhandicapés, 300 sal.); polyclinique de Gentilly (25 sal.).

Maxéville abrite quelques établissements industriels comme UTC Fire & Security (matériel antifeu, 140 sal.), Éclatec (125, appareils d’éclairage électrique), Rochling Permali Composites (125 sal., matériels électriques en plastique), Schindler et Thyssenkrupp (ascenseurs, 90 et 25 sal.), TL (matériels électriques d’alarme, 35 sal.), Mail Services (mécanique, 20 sal.), Baldini (menuiserie, 20 sal.); imprimeries Lamour (70 sal.) et Colin (35 sal.); meunerie Ireks (40 sal.).

Maxéville accueille également de nombreuses entreprises de service, comme l’informatique RMI-Adista (85 et 35 sal.), Cheops (30 sal.), Défi Informatique (25 sal.), Asscom+ (20 sal.), les ingénieries IPL (eaux, 185 sal.), ER (25 sal.), BSSI Conseils (25 sal.), les analyses et contrôles Apave (65 sal.), les assurances GAN (50 sal.); nettoyages GSF Ariane (170 sal.), ISS Abilis (45 sal.), gardiennages et télésurveillances Est Valeurs (50 sal.), Critel (50 sal.), Securitas (35 sal.) et Afone (25 sal.), travail temporaire Adequat 093 (50 sal.). La ville a une grosse entreprise de bâtiment Pertuy (770 sal., construction), ainsi que Norpac (110 sal.), Lagarde et Meregnani (250 sal., peinture) et Emp X (Peintures du Xaintois, 45 sal.), les installations électriques Clemessy (25 sal.), Insmatel (25 sal.) et TFC (20 sal.), les travaux publics Eiffage ex-Appia (145 sal.), Screg (70 sal.), DTP (50 sal.), Halle (30 sal.).

Parmi les négoces se distinguent Dupont-Est (180 sal.) en plomberie, L’Eau Pure (75 sal.) en matériels de traitement des eaux, Lorinfo (35 sal.) en électronique et informatique, Ricoh (30 sal.) en matériel de bureau; distribution de chaleur Idex (40 sal.); magasin Super-U (45 sal.), surgelés Maximo (35 sal.), traiteur Marcotullio (50 sal.); transports TNT (50 sal.), MKTS (35 sal.), Bellanger (30 sal.) et Exapaq (20 sal.). Maxéville n’avait que 550 hab. en 1861; à peu près comme Frouard et Champigneulles, elle a vu sa population monter à 3 100 hab. en 1911, 4 500 en 1936, et culminer à 9 400 en 1975; elle a baissé de 120 hab. après 1999.