Mesvres

840 hab., 2 346 ha dont 599 de bois, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l’arrondissement d’Autun, 15 km au SSO d’Autun dans la vallée du Mesvrin, affluent de gauche de l’Arroux; maisons anciennes, village fleuri, élevage de lamas. La population de la commune a diminué constamment de 1896 (1 400 hab.) à 1990.

Le canton a 3 900 hab., 12 communes, 26 614 ha dont 6 830 de bois; de forme contournée, il s’étire loin vers le sud jusqu’à la hauteur de Montceau-les-Mines. Sa partie NO est traversée par la vallée de l’Arroux et ses circulations (N 81 et voie ferrée). Le finage de Broye (860 hab., 2 839 ha dont 1 527 de bois), dont le village est à 4 km à l’est de Mesvres, monte en direction d’Autun jusqu’à 668 m près du château de Montjou (17e et 18e s.), connu pour son vaste parc à la française attribué à Le Nôtre; juste au nord du village, château et chalets du Mont-d’Arnaud avec un jardin d’hiver (19e s.) et château de Prelay. La commune a eu jusqu’à 1 300 hab. en 1900; mais elle a atteint son étiage en 1999 et a regagné 160 hab. depuis; elle est le siège de la communauté de communes Arroux-Mesvrin, qui rassemble 14 communes et 6 900 hab.

Au SE de Mesvres à 7 km, Uchon (100 hab., 1 186 ha dont 667 de bois), qui a eu plus de 700 hab. au 19e s., est un «village de caractère» qui se signale par un chaos de boules granitiques et le mont Julien (681 m, panorama), et abrite un monastère orthodoxe, tandis qu’à La Boulaye (120 hab., 1 386 ha dont 508 de bois), tout au SO dans la vallée de l’Arroux (7 km au nord de Toulon), a été construite une lamaserie, dotée d’un «temple des mille bouddhas» à l’architecture insolite en ces lieux, et très visité (plus de 60 000 passages par an); juste à côté, la communauté de communes a réaménagé en hôtellerie un château du 19e s., qui fut propriété du maître de forges Eugène Schneider.