Meuse (Côtes de)

nom donné au grand talus de forme arquée et soutenu par la puissante assise des calcaires rauraciens, qui domine à l’est la plaine de Woëvre et le Xaintois; mais il s’applique aussi au versant gauche de la vallée nord-surd de la Meuse en Lorraine, dans la mesure même où le cours de la Meuse a «dédoublé» cette côte entre Neufchâteau et Stenay. Entre les deux, l’étroite bande de relief est nommée Hauts de Meuse; obstacle aux invasions venues de l’est, elle fut souvent le lieu de combats; les plus destructeurs furent ceux de la Grande Guerre sur les fronts de Saint-Mihiel et de Verdun, dont plusieurs villages ont disparu. Le talus a porté des vignes et des vergers; on fait encore du vin du côté de Toul, et les pruniers à mirabelles restent renommés. L’expression Côtes de Meuse est souvent utilisée, pour les vins de pays, l’observatoire de Viéville-sous-les-Côtes, et pour le tourisme; il existe un Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Woëvre-Côtes de Meuse à Bonzée (Meuse), une coopérative fruitière à Billy, des restaurants et des gîtes à ce nom. Plusieurs villages se disent «sous les côtes».