Mézières-en-Brenne

1 100 hab. (Macériens), 5 767 ha dont 1 509 de bois, chef-lieu de canton de l'Indre dans l'arrondissement du Blanc, 40 km à l'ouest de Châteauroux, sur la rive droite de la Claise. Le village est considéré comme le chef-lieu historique de la Brenne; comme pour presque tous les Mézières ou Mazières, son nom même évoque des «vieux murs», maceria, d'où le gentilé. Il conserve quelques restes de fortifications et surtout une belle collégiale classée des 14e et 16e s.; il s'y est ouvert une Maison de la pisciculture.

La commune, «station verte de vacances», a de nombreux grands étangs au sud du village, dont le plus étendu est celui des Vigneaux (130 ha); au SE, l'étang de Bellebouche (90 ha) est équipé en base de loisirs et reçoit près de 130 000 visiteurs par an. Mézières a un centre d'aide par le travail, une maison de retraite, un centre de vacances de Bellebouche avec village-vacances-nature (100 places). La population communale est assez stable depuis 1975, mais bien au-dessous du niveau de 1906 (2 000 hab.).

Le canton a 3 600 hab., 8 communes et 31 385 ha dont 6 996 de bois; il est limitrophe de l'Indre-et-Loire au NO, et très riche en étangs, surtout au sud; toutes les communes sauf une sont dans le Parc de la Brenne. À 4 km au sud de Mézières, la réserve naturelle de Chérine (144 ha dont 40 en eau), bien équipée de trois observatoires des oiseaux et des cistudes (tortues) et d'un intéressant arboretum, est dans la commune de Saint-Michel-en-Brenne (320 hab., 4 915 ha dont 858 de bois); celle-ci a une église du 13e s. et accueille le siège de la communauté de communes du Cœur de Brenne, forte de 10 communes et 5 100 hab. et qui inclut Mézières. Paulnay (370 hab., 3 848 ha dont 402 de bois), 6 km au NO de Mézières, a un chantier de travaux publics du groupe Eurovia (40 sal.); église classée du 12e s., château du Claveau (19e s.) au sud-est, plusieurs étangs.

À l'ouest du canton, à 12 km du chef-lieu, Azay-le-Ferron (970 Ferronnais, 6 095 ha dont 1 106 de bois) a un célèbre château du 15e s., remanié jusqu'au 18e s., orné d'un superbe parc de 15 ha; il appartient à la ville de Tours, qui y entretient un verger conservatoire, et reçoit 12 000 visiteurs par an; centre d'initiation à l'environnement; maçonnerie (Ledoux, 20 sal.). La commune a eu 2 200 hab. au milieu du 19e s. et se dépeuple depuis, passant par 1 500 hab. en 1954 et moins de 1 000 (sdc) en 1999. Au nord et à l'ouest se déploie la forêt de Preuilly, où se trouve le parc animalier de la Haute-Touche (480 ha, un millier d'animaux), dépendant du Muséum national d'histoire naturelle (36 000 visiteurs par an); il est dans la commune d'Obterre (240 Obterrois, 2 947 ha dont 767 de bois), dont le nom serait le même qu'Aubeterre (terre blanche).