Migennes

7 500 hab. dont 130 à part, 1 658 ha, chef-lieu de canton du département de l’Yonne dans l’arrondissement d’Auxerre, 20 km au nord de la préfecture au confluent de l’Yonne et de l’Armançon, sur la rive droire de celui-ci. La ville a largement tiré parti de cette position de bifurcation, surtout quand elle lui a valu un actif branchement ferroviaire sur la grande ligne du PLM; la Sncf attachait encore 400 emplois à la gare de Laroche vers 2000, mais ces effectifs se sont réduits; La Poste en compte 60.

L’éventail d’industries est large: métallurgie pour l’automobile (allemand Benteler ex-Vandelle, 350 sal.), citernes Charlatte (100 sal.) et réservoirs Beaumont (30 sal.), ressorts Sassi (60 sal.), menuiserie de plastiques Franciaflex (55 sal.), cartonnages CLP (Chesapeake, 40 sal.), armoires métalliques Efirack (30 sal.), bouteilles pour gaz comprimés Onex (30 sal.); éléments en béton Stradal, passé du groupe Saint-Gobain à l’irlandais CRH (130 sal.). Dans l’agro-alimentaire, se distinguent une Sica-viandes Yonne-Loiret (Sicavyl) de 350 sal. et une coopérative d’élevage de 60 sal.

La ville est bien équipée en commerces, dont un supermarché Leclerc (170 sal.), les négoces Bourgogne Primeurs (30 sal.), Divine (lingerie, 25 sal.), Godard (quincaillerie, 25 sal.); travaux publics Eiffage (35 sal.). Elle offre deux collèges et un lycée professionnel publics. Elle a aménagé une «maison de la Nature» dans un parc, ainsi qu’un port de plaisance. L’agglomération s’étend au sud-est à Cheny, qui relève du canton de Seignelay. La population de la commune avait atteint 2 000 hab. en 1898, 5 000 en 1931, puis avait encore grimpé entre 1954 et 1976; mais elle ne croît plus et a même perdu 900 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes de l’agglomération Migennoise associe 8 communes (15 900 hab.), dont Cheny. L’Insee attribue à Migennes une unité urbaine de 15 400 hab. égale à son aire urbaine…

Le canton a 13 500 hab. (14 000 en 1999), 8 communes et 7 098 ha dont 657 de bois; peu étendu, il groupe surtout des villages de la plaine de confluence Yonne-Serein-Armançon, qui participent aux activités de Migennes, de Joigny (à 8 km) et d’Auxerre, et se sont souvent étendus par lotissements. Laroche-Saint-Cydroine (1 400 hab., 895 ha), juste à l’ouest de Migennes sur la rive droite de l’Yonne, a longtemps prêté son nom à l’appellation «Laroche-Migennes» qui s’était attachée à la gare; son nom fut Saint-Sidroine, puis Saint-Cydroine-Laroche jusqu’en 1891.

Charmoy (1 200 hab., 702 ha) se tient sur la N 6 au sud-ouest de Migennes; sa population avait sauté de 600 à 1 200 hab. au cours des années 1960, mais ne croît plus; château du 18e s. À Bassou (790 hab., 408 ha), 5 km au sud de Migennes sur la rive gauche de l’Yonne et la N 6, conserves et plats préparés Billot (Française de Gastronomie, 75 sal.), boulangerie la Belle Crousteline (75 sal.), et festival annuel de l’escargot (avril). Bonnard (950 hab.), sur la rive droite de l'Yonne à 5 km au sud de Migennes, a une gare et une fabrique de cartonnages Ondul'Yonne (35 sal.); sa population s'est accrue de 160 hab. entre 1999 et 2008.