Molsheim

9 500 hab. (Molsheimois) dont 170 à part, 1 085 ha dont 77 de vignes, sous-préfecture du Bas-Rhin à 21 km OSO de Strasbourg, au pied des collines sous-vosgiennes au débouché de la vallée de la Bruche, au bas des pentes de la rive gauche. Sa population était de 3 000 hab. vers 1900, 4 000 en 1954, 6 600 en 1975. Mais elle est restée stable de 1999 à 2007. Ce vieux bourg fortifié est une belle ville qui a conservé des maisons anciennes, dont la maison des Bouchers (Metzig) de 1525; porte des Forgerons (14e s.), prieuré (16e s.).

Les lotissements se sont surtout développés à l’ouest du bourg (Stierkopf) , où la place toutefois était assez mesurée, et à l’est dans la plaine, de l’autre côté de la Bruche; l’aéroport de Strasbourg n’est qu’à 9 km à l’est. Vers le sud, où passe la voie ferrée, la plaine est surtout occupée par les installations industrielles et commerciales, qui débordent sur Dorlisheim; seuls les abords de la gare et des trois ponts, rive droite, ont reçu des maisons d’habitation. Au nord, le finage monte sur le relief qui culmine à 374 m, laissant à son pied une bande de vignobles.

Molsheim a été marquée par l’arrivée d’Ettore Bugatti (1881-1967), attiré d’Italie par De Dietrich et dont les automobiles de prestige sont restées célèbres. Le musée de la Chartreuse (archéologique et historique) abrite le musée de la Fondation Bugatti. L’entreprise est passée ensuite à Hispano-Suiza puis au groupe Sud-Aviation, aujourd’hui à Safran par la Snecma; il subsiste une usine Messier-Bugatti (freins pour avions, 370 sal.) et un atelier de réparation de trains d’atterrissage Messier (490 sal.), tous deux au groupe Safran. La marque Bugatti elle-même a été rachetée en 1998 par l’allemand Volkswagen; au château Saint-Jean, lieu historique de la firme, une soixantaine de salariés montent depuis 2005 des voitures de luxe Bugatti-Veyron capables d’atteindre 480 km/h et disposant du moteur réputé le plus puissant du monde (18 cylindres, plus de mille chevaux); il est prévu d’en livrer 300 exemplaires (50 à 100 par an), de 1,3 à 3 M€ pièce.

D’un autre côté, le groupe Mercedes a établi à Molsheim son centre d’importation et de préparation de véhicules pour la France, avec plate-forme logistique (520 emplois). Deux autres gros employeurs sont les fabriques de lampes électriques Osram (groupe Siemens, 770 sal.) et d’appareils de filtration Millipore, en extension (états-unien, 990 sal.). Parmi les entreprises de moindre taille, figurent dans l’alimentaire les chocolats Mosser (Jacquot, 55 sal.), et le demi-grossiste en viandes Iller (85 sal.), le désossage Bacher (35 sal.). Dans d’autres branches, apparaissent les machines pour emballages Holweg (65 sal.), la fonderie Heinrich (50 sal.) et les Forges de Molsheim (outillage, 30 sal., ex-Muller, repris en 2005 par le groupe PSP sous licence Peugeot), la métallerie TMA (40 sal.), la scierie Feidt (45 sal.), la menuiserie Schmitt Fridolin (35 sal.), les éditions-imprimerie des Artistes peignant de la bouche (40 sal.), les aliments du bétail Costal (30 sal.), les prothèses dentaires Flajolet (20 sal.).

Services et commerces sont assez bien représentés: conditionnement à façon Daher Aerospace (30 sal.); distribution de livres Artemis (LDE, 100 sal.), négoces d’informatique Bechtle (60 sal.), de produits chimiques Jost (35 sal.), de maroquinerie Alsacienne (Jump-Luggage, 25 sal.), magasin de bricolage Obi (25 sal.); transports TEA (85 sal.), Feidt (60 sal.), Danzas (25 sal.), autocars Striebig (45 sal.), hôtel Diana (35 sal.), magasin Super-U (50 sal.) et services d’Électricité de Strasbourg (55 sal.); travail temporaire Adia (95 sal.), travaux publics Eurovia (75 sal.).

La commune a aussi des vignobles, dont le grand cru Bruderthal (18 ha). La chapelle Dompeter, qui jouxte Avolsheim, est sur le finage de Molsheim. La ville, carrefour ferroviaire, est dotée d’un hôpital local, d’un lycée général, un polyvalent et un professionnel, tous publics et avec internat; deux collèges publics. Un ancien fort domine un terrain militaire.

L’aire urbaine Insee, comme l’unité urbaine, sont données pour 11 700 hab. mais l’agglomération réelle, qui comprend Mutzig à l’ouest, Dorlisheim au sud et plusieurs villages proches, dépasse en réalité 20 000 hab. La communauté de communes de la région de Molsheim-Mutzig compte 14 communes et 30 700 hab. Cependant, à certains égards, Molsheim apparaît aussi comme une grande banlieue de Strasbourg à laquelle elle envoie de nombreux navetteurs. L’arrondissement de Molsheim a 96 300 hab. (89 600 en 1999), 69 communes et 5 cantons sur 74 481 ha.

Le canton de Molsheim a 41 000 hab. (37 500 en 1999), 20 communes et 20 360 ha dont 8 807 de bois. Il est très allongé d’ouest en est sur 30 km, touchant à l’ouest au département de la Moselle et dépassant 1 000 m au rocher de Mutzig. Il englobe le pays de la Hasel et le Nideck, et suit la vallée vosgienne de la Bruche depuis Lutzelhouse jusqu’à Ernolsheim. Au nord de Molsheim, la Mossig rejoint la Bruche en tranchant les reliefs pittoresques et fréquentés d’Avolsheim et Soultz-les-Bains. On nomme hardt de Molsheim la forêt qui s’étend à l’est sur le cône de déjection de la Bruche. Molsheim-Mutzig est le nom d’un des six périmètres de Scot (schéma de cohérence territoriale) du Bas-Rhin, calqué sur la communauté de communes.