Mondoubleau

1 500 hab. (Mondoublotiers), 484 ha, chef-lieu de canton du Loir-et-Cher dans l'arrondissement de Vendôme, 28 km au NNO de celle-ci, sur un plateau dominant la vallée de la Grenne. C'est une vieille place forte, qui a conservé un donjon, des restes de remparts et des maisons anciennes. Elle accueille près d'une centaine de très petites entreprises, un supermarché U (65 sal.); un collège public, un centre d'aide par le travail, une maison de retraite, une zone de loisirs; autocars Simplon (20 sal.). La commune a eu 1 900 hab. dans les années 1820 puis est descendue au-dessous de 1 400 hab. de 1935 à 1960; elle a repris un peu ensuite, mais a vite plafonné en 1975, et a perdu plus de 100 hab. de 1999 à 2007. Le village est le siège de la communauté de communes des Collines du Perche, qui rassemble 13 communes et 5 400 hab.

Le canton a 5 900 hab., 14 communes et 24 760 ha dont 2 983 de bois; il est limitrophe des départements de la Sarthe et de l'Eure-et-Loir mais ne participe pas au parc régional du Perche; comme bien des espaces de marche, il continue de se dépeupler. Mondoubleau est prolongée dans la vallée de la Grenne par Choue au nord et Cormenon au sud. Choue (540 Chouettons, 3 739 ha dont 230 de bois) a des restes classés d'une chapelle de Guériteau (13e s.) et une église en partie du 11e s.; abattage de volailles Gauthier (90 sal.). Juste au sud de Mondoubleau, Cormenon (710 hab., 576 ha), qui travailla la laine, a reçu une zone industrielle: fabrique de produits d'étanchéité pour le bâtiment Icopal (Siplast, 130 sal.), traitement des métaux Dec (Dépôt électrolyque et chimique, 100 sal.), meubles de plein air et loisirs Trigano Jardin (120 sal., ex-Amca Noval) et Tubazur (30 sal.); négoce de matériel agricole (Péan, 30 sal.).

Un peu plus loin, 8 km au sud du chef-lieu, au confluent de la Grenne et de la Braye, Sargé-sur-Braye (990 hab., 4 261 ha dont 421 de bois) abrite le château des Radrets (ou des Radrais, 15e et 16e s.) et celui de Montmarin (17e s.), proche de la N 157 qui traverse la commune; l'église est en partie des 10e et 11e s. et ses peintures sont classées; emballages en bois et palettes REI (30 sal.), chaudronnerie (Pelosi, 25 sal.); club de vacances Vacances Far West avec «village indien» de tentes (250 places). Sargé, devenue «sur Braye» en 1900, avait plus de 1 700 hab. au début du 20e s.; elle a encore perdu une quarantaine d'habitants de 1999 à 2006. Plus à l'est sur le plateau, Le Temple (180 Templiers, 1 332 ha dont 500 de bois), 7 km au SSE du chef-lieu, se signale par le château de la Fredonnière, refait au 19e s., et qui a belle allure, avec bois et étang.

Au nord de Mondoubleau, Saint-Agil (300 hab., 1 561 ha dont 200 de bois) a un château des 13e et 16e s. avec parc et douves. À Arville (120 hab., 975 ha), 4 km au NE de Saint-Agil, qui est déjà dans le Perche, un centre historique de la chevalerie cultive le souvenir d'une commanderie de templiers dont il reste quelques éléments (14e au 18e s.) assortis d'un jardin à thème et qui accueille 16 000 visiteurs par an.

Un peu à l'ouest (7 km NNO de Mondoubleau), Souday (550 Soudaysiens, 3 642 ha dont 482 de bois) a une église des 9e et 15e s., plus le château renaissance de Glatigny (1544) et le château de la Cour au bord du Couetron, affluent de gauche de la Braye; la commune, qui ne cesse de se dépeupler, a eu 1 500 hab. dans la première moitié du 19e s. et en avait encore 1 100 au cours des années 1930. Le Plessis-Dorin (180 hab., 1 419 ha dont 400 de bois), 13 km au nord de Mondoubleau, est la commune la plus accidentée du canton et son territoire mord sur la forêt de Montmirail où le relief monte à 244 m; étang de Boisvinet; la ligne du TGV Atlantique traverse la commune; celle-ci a eu 900 hab. dans les années 1820.