Montagne bourguignonne

nom généralement donné aux hauteurs qui dominent le Vignoble, surtout vers Dijon et Beaune. Elles correspondent à la partie la plus orientale et la plus élevée des plateaux calcaires de la périphérie du Bassin Parisien, qui se prolongent dans le plateau de Langres au nord-est. Les altitudes y frisent et parfois dépassent les 600 m, à la faveur de buttes résiduelles que l’on nomme tasselots, d’après le mont Tasselot ; le point culminant atteint 636 m dans la petite commune de Chevannes (canton de Gevrey-Chambertin). La Montagne est très boisée et sert de séparation entre les versants atlantique et méditerranéen des rivières françaises. Le relief est très accidenté par des vallées encaissées et agréables, comme celle de l’Ouche, par où se faufilent canal de Bourgogne, voie ferrée et routes. Plusieurs lacs de barrage ont été aménagés pour l’alimentation du canal. La population des villages est en général en déclin, mais la contrée est appréciée comme espace de récréation des citadins de Dijon et des villes du Vignoble.