Montbazon

Highslide JS
Montbazon. Le moulin d’Avrin sur l’Indre. © RB-RV
Montbazon. Le moulin d’Avrin sur l’Indre. © RB-RV

4 000 hab. (Montbazonnais), 650 ha, chef-lieu de canton de l'Indre-et-Loire dans l'arrondissement de Tours, 13 km au sud de la préfecture sur la rive gauche de l'Indre. Ancienne place forte érigée en comté puis duché, elle en a conservé un donjon du 11e s. et quelques restes (porte, maisons anciennes, lavoir, hôtel-Dieu du 15e s.), un moulin ducal et un autre moulin sur l'Indre, transformés en résidences; mais son château du 14e s. a été rasé au 18e s. pour assurer le passage de la route d'Espagne (actuelle N 10), qui a exigé un détournement de l'Indre et la construction d'un grand pont; le centre-ville n'en reste pas moins inondable. Le bourg campe dans un méandre de l'Indre; son finage est de petite taille mais comporte néanmoins une fraction sur la rive droite, entourée par le territoire de Veigné, avec la gare. Les bords de l'Indre et le haut du coteau des rives concaves de méandres accueillent de nouvelles résidences plutôt cossues.

Les entreprises se groupent dans une zone d'activités sur le plateau: fabrique et surtout centre de logistique textile Kami (ex-Kenzo, groupe LVMH, 150 sal.), chaudronnerie (Cetil, 50 sal.), fermetures (Périmètre, 25 sal.); viandes Dawn Meats (ex-Scagros, 30 sal.); logistique Deret (100 sal.). Un peu à l'écart au-dessus de la vallée de l'Indre à l'ouest, une hôtellerie de luxe (55 sal.) occupe le château d'Artigny; il fut construit de 1913 à 1920 pour le parfumeur Coty, qui y eut son laboratoire. La commune est aussi «station verte de vacances» et a équipé le parc de loisirs de la Grange Rouge sur 10 ha avec un parcours botanique et un manoir du 17e s., sur la rive droite de l'Indre, juste à l'aval du pont; maison de retraite (30 sal.). Montbazon avait entre 1 000 et 1 100 hab. durant tout le 19e s. et la première moitié du 20e; elle est passée à 1 600 hab. en 1962, 3 000 en 1982 et poursuit sa croissance, gagnant quelque 500 habitants de 1999 à 2007. Elle est le siège du syndicat d'un pays d'Indre-et-Cher.

Le canton a 23 300 hab. (20 900 en 1999) hab., 7 communes et 14 245 ha dont 2 729 de bois. Au nord, il s'organise selon un axe est-ouest qui correspond aux méandres de la vallée de l'Indre, dans un paysage varié, boisé et urbanisé jalonné par Veigné en amont, Monts et Artannes-sur-Indre en aval, où commence la «vallée du Lys» nommée ainsi selon le roman de Balzac. Le joli village de Pont-de-Ruan (830 Ruanopontins, 574 ha), dont le nom ancien de Rotomagus signifiait le marché du gué, y abrite le château de Vonne (17e s., récemment restauré), dont Balzac fit Clochegourde, et l'ancien prieuré du Relay (12e et 16e s.); moulin à eau dits de Balzac, en partie du 12e s. et remis en état par la municipalité, église du 12e s.; laiterie-fromagerie de la Cloche d'Or (50 sal.) et gâteaux au fromage Saint-Amour des Pâtissiers de Touraine (ex-Rambol, 30 sal.). La commune a gagné 230 hab. de 1999 à 2008.

Perpendiculairement à ce couloir, le canton s'étend vers le sud sur le plateau de Sainte-Maure, où il est parcouru à la fois par la N 10, l'autoroute A 10 et la voie ferrée de Bordeaux qu'emprunte le TGV. La commune avait 270 hab. en 1962 et croît tranquillement depuis. Sorigny, au sud de Montbazon, héberge l'aérodrome de loisirs de Tours. Tout au sud, à 13 km de Montbazon, Villeperdue (950 Villeperdusiens) a un gros château des 14e et 16e (Boisbonnard) et, comme pour contredire son nom, une gare sur la grande voie ferrée Paris-Bordeaux; agencement de magasins Berci (30 sal.), négoce de matériel agricole Dufresne (25 sal.). La commune avait 560 hab. en 1962 et sa population croît toujours (+130 hab. de 1999 à 2008).