Montcenis

2 300 hab. (Monticinois), 1 233 ha, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l’arrondissement d’Autun, en banlieue SO du Creusot. Simple cité ouvrière, elle fut toutefois le pionnier de l’industrie du bassin, recevant en 1782 une manufacture royale de fonderie, en raison des ressources environnantes en fer et en charbon, ce qui contribue à expliquer ses anciennes relations avec Autun. La ville a un collège public. Sa population oscille depuis 150 ans entre 2 000 et 2 500 hab. sdc; elle est à peu près stable depuis 1975, mais avec une tendance à la baisse: elle a perdu 140 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 15 800 hab. (16 800 en 1999), 8 communes, 24 777 ha dont 4 502 de bois; il inclut étrangement Blanzy, s’interposant ainsi entre Montceau-les-Mines et Montchanin dans le sillon houiller, ainsi que Torcy entre Montchanin et Le Creusot. De la sorte, les deux très grands plans d’eau de la Sorme et de Torcy Neuf sont dans le canton. La partie septentrionale est dans le massif ancien, où elle approche Autun autour de la bourgade de Marmagne (1 300 hab., 3 226 ha dont 890 de bois), 20 km au SSE d’Autun, située dans la vallée du Mesvrin, affluent de l’Arroux, et qui anime la partie septentrionale du canton; anciens bâtiments (18e s. surtout), église (12e s.), musée lapidaire et jardins de l’abbaye cistercienne de Fontenay. Marmagne a perdu 70 hab. de 1999 à 2008. Sa voisine de l’ouest Saint-Symphorien-de-Marmagne (880 hab.), dans la même vallée en amont, accueille les constructions SMPP (35 sal.) et le lotissement de la Vallée du Mesvrin; elle a gagné 60 hab. après 1999.