Montigny-lès-Metz

23 300 hab. (Montigniens) dont 550 à part, 670 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Metz-Campagne, et de loin la principale commune de banlieue de Metz, au sud-ouest de la préfecture sur la rive droite de la Moselle; fortes emprises ferroviaires avec deux bifurcations. La commune a absorbé celle de Saint-Privat en 1809. Elle avait déjà 24 200 hab. en 1962. Elle est surtout résidentielle et cheminote; toutefois, elle est aussi le siège de la firme de travaux publics Demathieu et Bard, qui emploie 690 personnes; collège et lycée professionnel publics, supermarchés U (60 sal.) et Simply (25), fourniture de chaleur Elyo (40 sal.), génie thermqiue Gocel (50 sal.), réseaux électriques Satelec (35 sal.), espaces verts Godineau (20 sal.); Office public d’HLM (45 sal.), comptabilité Lorex (30 sal.), négoce de pharmacie Serrier (55 sal.); netoyage Acces Clean GM (60 sal.). EDF-ERDF apparaît pour 200 sal., GDF pour 130.

Montigny est également une ville de garnison avec un Centre d’instruction de santé de l’armée de terre au quartier Raffenel-Delarue, un régiment de transmissions (43e RT), une base de l’armée de l’air (BAI) bénéficiant de la proximité de l’aérodrome de Metz-Frescaty à Marly. La croissance de la population a été très soutenue: de 1 000 hab. vers 1830, elle est passée à 3 000 en 1880, 8 500 en 1901, 16 800 en 1936 et a culminé à 24 500 (sdc) en 1968 et en 1975, après un temps de faiblesse; la population totale aurait perdu 1 100 hab. de 1999 à 2003, dont la moitié en raison des modifications de définition de la population comptée à part. La majorité municipale est traditionnellement à droite; le maire est Jean-Luc Bohl, du Nouveau Centre, ancien conseiller général du canton, devenu président de la communauté d’agglomération Metz-Métropole et conseilelr régional.

Le canton a 30 000 hab., 7 communes, 3 630 ha dont 265 de bois. Il est divisé en trois ensembles distincts: 5 petites communes au nord-est de Metz, Montigny à l’opposé et, plus au sud, Augny, dont Montigny est séparée par Moulins-lès-Metz. Au nord-est, seule Saint-Julien-lès-Metz a dépassé 2 000 hab. Mey (240 hab., 191 ha) a gagné 60 hab. après 1999; sur son territoire, traversé par l’A 4, avait été construit le fort Champagne. Mey est séparée de Metz par celle de Vantoux (950 Vantousiens, 245 ha), qui l’enveloppe à l’ouest et au nord et dont le village originel est au bord de la Dame Jeannette, petite rivière qui rejoint la Moselle à Metz; Vantoux a gagné 70 hab. après 1999. Plus au nord, le canton inclut les très petites communes de Chieulles (380 Chieullois, 261 ha) et Vany (350 hab., 310 ha), 8 km NE de Metz; Vany a gagné une centaine d’habitants entre 1999 et 2008 (+40%).