Mouans-Sartoux

9 000 hab. (Mouansois), 1 352 ha dont 400 de bois, commune des Alpes-Maritimes dans le canton de Mougins, au nord-ouest du chef-lieu en direction de Grasse. La commune résulte d’une fusion de 1858; Sartoux avait alors 240 hab., Mouans 700. La commune est formée de deux parties séparées par un étranglement par lequel passe la route Napoléon. Le centre moderne, dont la construction fut engagée aussitôt après la fusion, est au bord de la route, dans un quadrillage régulier de rues, avec la mairie et une école; un musée et plusieurs lotissements resserrés s’y sont ajoutés. Vers l’est, le relief se relève et culmine à la butte du Castellaras, dont le nom même évoque l’ancien village foritifié et qui porte des maisons disposées en spirale. Vers l’ouest se dispersent des villas; l’autoroute de Grasse à Cannes traverse cette partie, qui a reçu deux parcs d’activités; il reste des espaces boisés au-delà, encadrant le vallon de la Mourachonne qui descend vers Pégomas et la Siagne.

La commune met en avant ses réalisations culturelles et promotionnelles: complexe cinémas-médiathèque la Strada avec aquarium, centre culturel avec conservatoire de musique, Bastide du parfumeur (conservatoire et centre d’interprétation des plantes à parfum), Espace de l’art concret depuis 1990 avec fondation Albers-Honegger, en centre-ville dans le château du 15e s., refait au 19e s., avec parc et musée ethnographique Reflets d’un monde rural, et grande sculpture de Gottfried Honegger; festival du Livre.

La ville a un collège public et un éventail d’entreprises assez diversifié: publicité Sdit (590 sal.), voiles Elvstrom Sails (40 sal.), menuiserie métallique Prefal (40 sal.), instruments de contrôle Citepark (35 sal.), matériel électrique Vit (30 sal.), mécanique Sfat (35 sal.), étiquettes Gravic Roll (30 sal.), imprimerie Cyrnos (30 sal.), composants Electronie (25 sal.), fabrication de parfums Ipra (45 sal.) et Azur Fragrances (25 sal.); conseil en informatique ICS (45 sal.), supermarché Casino (140 sal.) et jardinerie Botanic (50 sal.), traiteur Le Pavillon (50 sal.) hôtel Les Aquarelles (40 sal.), maison de retraite; négoces de papeterie Artdecor (40 sal.), de glaces Miko (40 sal.), de luminaires Sepalumic (30 sal.); maçonnerie Eitp (30 sal.). La population n’a guère cessé d’augmenter au 20e siècle, passant par 1 400 hab. en 1931, 2 000 en 1962, 5 100 en 1980. Elle vient de gagner près de 1 400 hab. de 1999 à 2005, soit près de 16%, et dépasse ainsi les 10 000 habitants.