Neufchâtel-Hardelot

3 900 hab. (Neufchâtellois) dont 110 à part, 2 085 ha dont 350 de bois, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Samer, 13 km au sud de Boulogne. Elle se nommait simplement Neufchâtel jusqu'en 1954 mais le succès de sa plage lui en a fait promouvoir le nom. La commune s'étend au sud-est sur le plateau de revers du Boulonnais d'où descend l'autoroute A 18, qui a un échangeur à l'est du bourg. Celui-ci est dans la plaine au pied du talus, sur la route et la voie ferrée du littoral (gare) et son habitat se confond au nord-est avec celui de Nesles. Il est séparé de la mer par la grosse butte-témoin du mont Saint-Frieux, qui monte à 152 m et à laquelle s'accroche un massif de dunes large de 3 km, couvert au nord par les lotissements balnéaires d'Hardelot.

Hardelot-Plage est à 5 km du bourg, au nord-ouest, et a été lancée en 1905 par l'Anglais John Whitley, enrichi par le linoléum, qui s'y était installé au château en 1897 et qui visait une clientèle de luxe et de prestige, ce qui se voit encore à quelques grosses villas de cette époque. L'aménagement en avait été confié à l'architecte lillois Louis-Marie Cordonnier, qui en avait fait une cité-jardin tournée vers les sports. Mais la station a beaucoup souffert de la Seconde Guerre mondiale, avant d'être réaménagée et fort densifiée, voire bétonnée, par le promoteur lillois Lesur après 1958. Le domaine de la Société d'Hardelot reste privé mais a changé de propriétaire en 1999; la compagnie franco-belgo-néerlandaise du Zoute (groupe Colbert-Orco) s'oriente vers une remontée en gamme.

La commune, qui a ajouté le nom de la station à son nom en 1954, tient 4 km du littoral; la plage elle-même, pourvue de nombreuses cabanes blanches et bleues, s'étire sur 1 200 m. Elle offre deux terrains de golf (les Dunes et les Pins), un festival de musique en été, et elle est classée «station kid» par ses aménagements pour enfants; aux environs sont le château d'Hardelot, l'étang de la Claire Eaules, des maisons de retraite. Les principales entreprises sont celles des golfs et de leur hôtel (30 et 50 sal.), et l'hôtel du Parc (45 sal.); mais l'essentiel de la forêt domaniale d'Hardelot relève de Condette, juste au nord. La commune avait 820 hab. en 1876 puis sa population a crû, passant à 1 700 hab. en 1911; elle s'est ensuite stabilisée, puis a repris sa croissance dans les années 1960, et passé les 3 000 hab. en 1990. Elle a encore gagné 230 hab. entre 1999 et 2010. La commune a 3 200 résidences secondaires (deux tiers des logements), mais pas de camping, et deux hôtels (150 chambres).