Niederbronn-les-Bains

4 500 hab. (Niederbronnais), 3 140 ha dont 2 282 de bois, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l’arrondissement de Haguenau, 22 km au NO de la sous-préfecture, enclavé dans le parc des Vosges du Nord. La ville est juste au pied des reliefs, au débouché de la vallée encaissée du ruisseau de Falkenstein, affluent de la Zinsel par le Schwartzbach, par où se faufilent la route N 62 et la voie ferrée vers Bitche et Sarreguemines. On y exploita jadis du minerai de fer: c’est le fief historique de la firme De Dietrich, qui y pratiqua le puddlage au 18e s. et qui, passée de la forge aux appareils ménagers, y conservait deux usines, 800 emplois au total en 2005.

Mais la firme a été peu à peu démantelée, cédant à Alstom l’usine de Reichshoffen en 1995, passant en 2000 sous l’autorité de la SIH (Société industrielle de Hanau, au groupe d’investissement ABN Amro), sortant de la bourse en 2001, cédant en 2002 des filiales à l’allemand Vossloh, puis vendant De Dietrich Thermique au néerlandais Remeha en 2004, l’ensemble fusionnant ensuite avec le britannique Baxi en 2009 sous le nom de BDR Thermea. Enfin, la Fonderie de Niederbronn (230 sal.) a été cédée par De Dietrich au groupe états-unien Secko en 2010. Ce qui reste de Dietrich s’est concentré à Mertzwiller.

Les autres établissements de production sont Capitol Europ (états-unien) fabrique des tubes plastiques stériles pour la pharmacie (90 sal., 200 millions de tubes par an); métallerie Ernst (40 sal.); atelier de la Mécanique de Précision de l’Est (20 sal.). Les bains ont été exploités par les Romains, puis restaurés par le comte de Hanau au 16e s., et encore par la famille De Dietrich au 18e s.; la station thermale est la seconde d’Alsace après Morsbronn (2 500 curistes, 45 000 journées/an). L’établissement thermal est accompagné d’un casinomunicipal concédé au groupe Barrière, le seul en Alsace (160 sal.) et assez bien classé en France (22e avec 25 M€/an). L’hôtel-restaurant Muller emploie 40 salariés. La source Celtic (25 sal.), ex-Lichteneck, reprise par le groupe alsacien Meckert-Diemer en 1999, débite annuellement 40 millions de litres par an et se lance dans la bière «bio».

La ville, initialement cantonnée à la vallée du Falkensteinerbach rive gauche, a débordé de toutes parts sur le piémont, s’entourant de cités ouvrières comme celles de Montrouge qui domine la ville sur un élément de bas plateau au nord, ou de Guiesberg au sud, proche de l’établissement thermal. Son territoire descend assez loin vers le sud à l’ouest de Reichshoffen, avec laquelle il partage une zone d’activités au bord de la D 1062. Il atteint au nord-est la vallée encaissée du Schwartzbach, et inclut ainsi le hameau et le château de Jaegerthal au pied du relief, les écarts de Riesack sur le bas plateau, et un grand cimetière militaire allemand. Sur le relief, il inclut au nord le Finsterkopf (476 m), monte au Grand Wintersberg (580 m) accessible par une route et doté d’une table d’orientation, et abrite quelques maisons disséminées dans la profonde vallée du Falkensteinbach jusqu’au hameau de Breitenwasen.

Niederbronn a un collège public et un lycée professionnel privé De Dietrich, une maison de l’Archéologie, les ruines de l’épais château de Wasenbourg (13e s.), et elle se flatte d’une spécialité de boudin aux châtaignes. Sa population dépassait déjà 3 000 hab. au 19e siècle; elle est stable depuis les années 1960. L’«aire urbaine» Insee et l’unité urbaine sont données pour 13 000 hab. La communauté de communes du pays de Niederbronn-les-Bains (13 communes, 22 900 hab.) siège dans la ville de Reichshoffen; elle inclut notamment Mertzwiller et Gundershoffen.

Le canton de Niederbronn-les-Bains a 28 100 hab. (27 100 en 1999),19 communes et 21 036 ha dont 9 318 de bois. Il est limitrophe du département de la Moselle mais, quoique allongé du sud au nord, il n’atteint pas tout à fait la frontière allemande: il s’en faut de quelques centaines de mètres. Un tiers nord-occidental est dans les reliefs accidentés du plateau de grès, traversés par la N 62 et la voie ferrée de Haguenau à Bitche et Sarreguemines; Niederbronn, Reichshoffen et Gundershoffen occupent son centre; à l’extrême sud sont Mertzwiller, Uberach et La Walck. La moitié des communes sont dans le Parc des Vosges du Nord. De vieux châteaux se voient au nord de Niederbronn sur les reliefs qui dominent la vallée encaissée du Schwartzbach à Windstein et à Dambach; le Grand Wintersberg culmine à 580 m. Nombreux documents et photographies dans le site http://reichshoffen.free.fr/Comple/main1.html qui détaille les communes du canton.