Nomeny

1 170 hab. (Nomeniens), 1 779 ha dont 278 de bois, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Nancy, 27 km NNE de la préfecture, au bord de la Seille. Le village a été très touché en 1914 et en 1944; il conserve les ruines d’un ancien château féodal et il est doté d’un collège public et des commerces de base. La commune a eu plus de 1 300 hab. de 1840 à 1901 puis sa population s’est abaissée à 850 hab. environ dans les années 1930; elle augmente doucement depuis, gagnant 60 hab. de 1999 à 2008.

Le canton, limitrophe du département de la Moselle, a 10 200 hab. (9 300 en 1999), 25 communes, 18 879 ha dont 2 911 de bois. Il est bordé à l’est par la vallée de la Seille, qui en aval traverse sa partie septentrionale. Le nord et l’est du canton sont dans la plaine du pied de la côte de Moselle, tandis que celle-ci se divise en un ensemble de buttes accidentant la partie sud-ouest, parmi lesquelles s’insinuent les vallées de la Natagne et de la Mauchère, qui coulent vers l’ouest en direction de la Moselle. Le canton n’a que de petites communes, dont 20 forment la communauté de communes de Seille-et-Mauchère, forte de 7 000 hab. Celle-ci siège à Nomény mais a des bureaux à Leyr (980 hab., 1 074 ha dont 200 de bois), qui est tout au sud du canton à 13 km du chef-lieu, sous un talus de côte montant à 416 m, et où sont les travaux publics Ecip (20 sal.); Leyr a gagné une centaine d’habitants de 1999 à 2008.

Trois autres communes sont relativement étoffées au sud du canton. Jeandelaincourt (760 hab., 447 ha) est au pied de la butte du mont Saint-Jean (396 m) et du mont Toulon à 6 km au sud de Nomeny; elle a gagné 90 hab. depuis 1999. Belleau (780 hab., 2 038 ha) est à 8 km au SO de Nomeny dans la cuvette de la Natagne, qui a contribué à découper en buttes le plateau; installations téléphoniques SVT (30 sal.); l’étendue du finage, exceptionnelle dans la contrée, vient d’une fusion de 1971, avec Morey sur le relief au sud-ouest, Serrières au nord de l’autre côté de la butte de la Crête, Lixières puis Manoncourt-sur-Seille dans la plaine au nord, tout près de Nomeny. Elle n’a toutefois gagné que 40 hab. entre 1999 et 2008. Faulx (1 310 Falcéens, 1 720 ha dont 805 de bois) est dans la vallée de la Mauchère plus au sud, et dispose de bois sur le Grand Couronné; sa population croît depuis 1954 (790 hab.) et a encore gagné 130 hab. de 1999 à 2008.