Obernai

11 400 hab. (Obernois) dont 470 à part, 2 578 ha (369 ha de bois), chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l’arrondissement de Sélestat, à 24 km au SO de Strasbourg et 10 km au sud de Molsheim. Elle avait 4 700 hab. vers 1880, 4 000 en 1936, et sa croissance a repris à partir de 1960 (4 500 hab. en 1962, 7 900 en 1975, 10 500 en 1999, sdc). Elle se nomma jadis Ehnheim et son nom, comme le précédent, fait référence à la petite rivière Ehn, sous-affluent de l’Ill par le Bruch de l’Andlau, où elle se perd quelque peu. Le maire est Bernard Fischer, UMP, également conseiller général.

Résidence royale ou princière au haut Moyen Âge, Obernai fut de la Décapole et tira un excellent parti du Vignoble. C’est une ville intéressante, qui figure dans la liste des «plus beaux détours». Une enceinte polygonale des 13e-16e s. est devenue promenade et boulevard, la place du Marché et les maisons anciennes ont grande réputation; maison du Vin, musée historique, choucroutes; jardins du château de la Léonardsau. La ville a connu un vif essor en entrant dans l’orbite des migrations quotidiennes du bassin de Strasbourg. Elle est dotée d’un lycée général, d’un lycée professionnel, d’un lycée agricole avec centre de formation professionnelle agricole et centre de formation d’apprentis, de deux collèges publics, d’un hôpital local (80 lits).

Quoique ville du Vignoble, Obernai est aussi un fief du brasseur Kronenbourg (depuis 1969, 6 Mhl/an), firme que BSN a cédée à l’écossais Scottish & Newcastle (bières Courage) et qui emploie 650 salariés. Toutefois la plus grande entreprise est Hager Electro, d’origine locale mais passée à un groupe allemand qui y emploie 1 800 personnes et fabrique des matériels électriques et électroniques pour le bâtiment (réseaux filaires, disjoncteurs, appareillages modulaires, etc.). Deux autres fabriques se remarquent: les cheminées et appareils de chauffage Supra (300 sal., famille Blum) et la grande charcuterie industrielle (Stoeffler, 320 sal.). Le secteur productif comprend de plus petits ateliers: les machines-outils CMO (75 sal.), les viandes Sobovia (75 sal.), les meubles de cuisine Cedam (40 sal.), les agrafes et articles métalliques Gruipple (35 sal.), l’imprimerie Gyss (35 sal.), la robinetterie Horus (30 sal.), la menuiserie métallique de bâtiment Philippi (25 sal.).

En outre, Obernai héberge la plate-forme logistique européenne du groupe de lingerie Triumph (460 sal.), les transports Taglang (95 sal.), Dentressangle (ND, 80 sal.) et Huck (40 sal.), des agences de gardiennage du groupe suédois Securitas (300 sal.), de travail intérimaire Adecco (75 sal.), de nettoyage Net Service (180 sal.). Dans le commerce, se signalent l’hypermarché Leclerc (140 sal.), les supermarchés Simply (40 sal.) et Match (35 sal.); jardinerie Botanic (20 sal.); négoces d’aéraulique EBM Pabst (35 sal.), de matériel de chaufafg Zaegel Held (Saint-Roch et Couvin, 20 sal.); hôtels du Parc (35 sal.) et À la Cour d’Alsace (30 sal.), restaurant La Halle aux Blés (40 sal.). Soit un total de plus de 6 000 emplois alors que la moitié des Obernois travaillent à Strasbourg. Obernai dessert directement le prestigieux ensemble touristique du mont Sainte-Odile (v. Ottrott), ce qui ajoute à sa fonction touristique.

La ville est dominée par une petite butte détachée des Vosges, qui conserve des vignes et un monument national, et qui est peu à peu colonisée par des lotissements (Saint-Ingmar, les Cerisiers). Le ban communal s’étend assez loin vers l’ouest jusqu’aux portes de Bœrsch et d’Ottrott, incluant le hameau de Roedel près d’Ottrott, et le château de Léonardsau au sud de Bœrsch. Une rocade a été dessinée au sud de la ville; le ban s’étend bien au-delà, atteignant presque les maisons de Goxwiller. Les principales implantations d’activités et les grands lotissements (Europe Sud, les Champs Verts) sont dans la plaine à l’est de la ville. Le territoire va assez loin au nord-est aussi, où il est traversé par la bretelle de Molsheim à l’A 35, tandis que cette dernière effleure seulement la limite communale d’Obernai.

L’aire urbaine et l’unité urbaine sont limitées par l’Insee à 11 700 hab.; mais Obernai anime la communauté de communes du pays de Sainte-Odile, associant 6 communes (16 800 hab.). Le canton d’Obernai a 21 000 hab. (20 000 en 1999), 10 communes et 9 390 ha dont 958 de bois. Il mord à peine sur le talus des Vosges, laissant Ottrott et Sainte-Odile au canton de Rosheim, mais s’étend surtout dans la plaine du pays des Choux, jusqu’au ried de l’Andlau, incluant Krautergersheim.