Ottrott

1 700 hab. (Ottrottois), 2 889 ha dont 2 562 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Rosheim, au pied des Vosges juste à l'ouest d'Obernai. Près du village, d'allure pittoresque, sont le beau parc du Foyer de Charité et un aquarium; hostellerie des Châteaux (40 sal.), maçonnerie Schreiber (55 sal.). Au-dessus s’élèvent les hauteurs du Hohenburgerberg (718 m) et du mont Sainte-Odile (764 m) et les châteaux ruinés de Lutzelbourg à puissante proue défensive, de Rathsamhausen (début du 13e s.), du Koepfel à l'ouest, auxquels s'ajoutent les ruines du Hagelschloss et du Dreistein, plus isolés à l'ouest. Sainte Odile est réputée être la patronne de l’Alsace et le mont est depuis 1661 un haut lieu de pèlerinage et de visite, sans doute le plus connu de l’Alsace (un million de visiteurs par an). L’abbaye (très restaurée), perchée au-dessus d’une puissante paroi de grès, domine le village de Saint-Nabor, juste au sud d’Ottrott, où se trouvent des chapelles classées.

On y admire aussi un puissant «mur païen», longue enceinte du haut Moyen Âge, qui aurait peut-être un soubassement d’origine celtique. Un peu plus loin, à l’ouest dans la forêt, sont le château féodal (restauré) de Birkenfels et des tombes mérovingiennes. Le ban communal s'étend à l'ouest au-delà du fossé sud-nord que représente le vallon très encaissé du Vorbachrain, qui descend vers l'Ehn et qu'emprunte la D 426. Il atteint à l'ouest le Kreuzberg (1 026 m) et le Grand Rosskopf (1 032 m); il culmine à 1 054 m à l'angle sud-ouest et englobe une grande part de la forêt d'Obernai-Bernardswiller, les sources de l'Ehn, les clairières des maisons forestières de Magelhof et de Willerhof et les ruines très isolées du château de Kagenfels. La commune a gagné près de 200 hab. de 1999 à 2007.