Ouzouer-le-Marché

1 900 hab. (Oratoriens), 2 810 ha, chef-lieu de canton du Loir-et-Cher dans l'arrondissement de Blois, 44 km au NNE de la préfecture; elle a un collège public, une maison de retraite; carrosserie (Violon, 25 sal.), négoce agricole (Pissier, 25 sal.), transports Ghestem (90 sal.), transports par autocars Simplon (160 sal.). La population communale a varié assez peu, entre un maximum de 1 600 hab. en 1872 (et 1999) et un minimum de 1 300 hab. en 1936; elle poursuit sa progression et a gagné près de 300 hab. de 1999 à 2007. Le village est le chef-lieu d'une communauté de communes de la Beauce Oratorienne (10 communes, 3 900 hab.).

Le canton a 5 200 hab. (4 500 en 1999), 12 communes et 27 068 ha dont 2 821 de bois; situé en pleine Beauce, au nord de la forêt de Marchenoir, déployé à l'ouest du chef-lieu, il est limitrophe des départements du Loiret et de l'Eure-et-Loir; la N 157 le traverse d'ouest en est. Tripleville (140 hab., 1 307 ha), 6 km au NO du chef-lieu, est à la source de l'Aigre; plusieurs dolmens, menhirs et polissoirs de la Nivardière et autres lieux. Prénouvellon (230 hab., 1 977 ha), au nord-est de Tripleville à 7 km au nord d'Ouzouer, y ajoute le dolmen de la Rousselière.

Verdes (500 Verdois, 2 859 ha), 11 km au NO d'Ouzouer sur l'Aigre, est un petit carrefour, sur l'ancienne voie romaine dite de Jules César; la commune a eu 1 000 hab. dans les années 1860 et sa population a diminué jusqu'en 1999, mais elle a repris une centaine d'habitants de 1999 à 2007. Binas (720 hab., 2 638 ha), 5 km à l'ouest du chef-lieu sur la route du Mans (N 157) accueille un parc éolien de 5 unités (11,5 MW) sur le site de la Bruyère et a gagné 120 hab. aux mêmes dates. Onze kilomètres plus loin, Moisy (310 hab., 1 733 ha) a vu apparaître un parc de même calibre au site des Mardeaux.

Viévy-le-Rayé (500 Vieuviquois, 4 512 ha dont 1 787 de bois) tient l'angle sud-ouest du canton, déjà loin du chef-lieu, à plus de 20 km et au-delà de l'alignement forestier de Marchenoir. Son finage inclut la forêt de Rocheux, le petit lac de barrage d'Écoman, le golf de la Bosse; enceinte protohistorique et ruines d'une tour. La commune s'est agrandie en 1972 en fusionnant avec La Bosse à l'ouest et Écoman au nord; elle est ainsi passée de 240 à 580 hab. mais la population a continué de baisser ensuite; elle vient toutefois de reprendre une quarantaine d'habitants.