Pavillons-sous-Bois (Les)

20 400 hab. dont 230 à part, 292 ha, chef-lieu de canton de la Seine-Saint-Denis dans l'arrondissement de Bobigny, 5 km à l'est de la préfecture. La commune est traversée par la N 3 (avenue Aristide Briand) de laquelle, au carrefour de la Fourche, part vers le sud-est la D 117 (avenue Jean-Jaurès); la mairie est au bord de celle-ci. La voie ferrée de Grande Ceinture marque la limite orientale du territoire en proposant les gares de Gargan et des Pavillons-sous-Bois sur la ligne des Coquetiers, devenue ligne de tramway n°4.

Le dessin des rues, très régulier, est calé sur ces deux grandes voies, et sur la longue avenue Franklin-Wilson perpendiculaire à la D 117 et parallèle à la voie ferrée. Au nord-est, une autre voie majeure est parallèle à l'avenue Jean-Jaurès et franchit au nord le canal de l'Ourcq par le pont de l'Europe. Le canal de l'Ourcq traverse le nord-ouest du territoire, laissant au nord la zone industrielle et le quartier de la Poudrette.

La ville offre un Espace des Arts, deux collèges publics et un privé, un lycée public professionnel et un lycée privé, un établissement régional d'enseignement adapté (erea) et un centre d'aide par le travail; la clinique Franklin dispose de 150 lits. Les principales entreprises sont un négoce alimentaire La Normandie à Paris (100-200 sal.), les réseaux d'eau Sade (50-100 sal.), les travaux publics Colas (100-200 sal.), la location de camions MRTI (100-200 sal.) et un gros dépôt de la RATP (1 000-2 000 sal.).

Le nom de la commune vient de deux pavillons de chasse du 18e siècle qui gardaient l'entrée du domaine du Raincy, encore visibles au carrefour de la Fourche; les bois étaient ceux de la forêt de Bondy. La commune a été créée en 1905 à partir du territoire de Bondy, avec 3 600 hab. Elle a atteint 15 000 hab. dès 1930 et n'a que peu progressé depuis; elle avait 19 000 hab. dans les années 1960, 17 200 seulement dans les années 1980, et aurait repris depuis. La majorité municipale a connu plusieurs alternances entre la droite et le Parti socialiste. Le maire actuel est Philippe Dallier, UMP, informaticien, également sénateur. Le canton correspond à la commune; son conseiller est Katia Coppi, UMP et maire-adjointe.