Pechelbronn (communauté de communes de)

groupement intercommunal du Bas-Rhin associant 5 communes, 3 600 hab., et siégeant à Merkwiller-Pechelbronn. Pechelbronn est un lieu-dit de la commune de Merkwiller-Pechelbronn et fut longtemps célèbre comme unique gisement de pétrole français. Toutefois, le gisement de Pechelbronn est également revendiqué par la commune voisine de Lampertsloch, comme étant au moins en partie dans son territoire.

Son nom, «fontaine de poix», évoquait déjà des affleurements de naphte. Le bitume était connu depuis le 15e s.; après avoir servi à graisser les roues des charrettes, il a été exploité à partir de 1740, et surtout de 1768 par Le Bel, longtemps le long de galeries de surface, puis par pompage à partir de 1885. Une raffinerie lui a été adjointe, et a continué à fonctionner bien qu’elle ait été bombardée par l’armée américaine en 1944. Au total, on évalue l’extraction à 3 300 000 t et l’ensemble a occupé jusqu’à 3 000 personnes à la fois. Une école technique du pétrole a même été ouverte en 1919, la première en France. Mais la production était tombée à 57 000 t/an au début des années 1950, alors que la société employait encore quelque 2 000 salariés. L’extraction a été arrêtée en 1952, et toute l’activité en 1970.

Un musée du pétrole retrace cette histoire à Pechelbronn. Les sondages pétroliers avaient aussi permis de découvrir un gisement d’eau thermale à 65°C, à 1 000 m de profondeur; un établissement de cure a fonctionné à Merkwiller entre 1910 et 1925. Le château Le Bel, juste au sud de la ville, a été repris par une chaîne de stations thermales qui a relancé ensuite l’exploitation, mais la station est fermée depuis 1992.