Pelvoux

410 hab. (Pelvousiens), 7 623 ha dont 769 de bois, commune des Hautes-Alpes dans le canton de L’Argentière-la-Bessée. C’est la commune la plus septentrionale et la plus haute du canton, et son centre est à environ 15 km au nord-ouest de L’Argentière. Elle a été détachée de Vallouise en 1797, sous le nom traditionnel de La Pisse (la cascade) qu’elle a abandonné en 1893 pour un nom plus valorisant. Elle a dépassé 900 hab. en 1856, puis s’est dépeuplée jusqu’en 1962 (310 hab.). Elle avait 360 résidences secondaires en 1999, pour moins de 200 résidences principales. Son habitat se limite à quelques hameaux au fond de la Vallouise, ou vallée du Gyr, vers 1 200 m; le plus haut hameau habité est les Claux, à 1 260 m.

Son finage est très étendu vers le nord-ouest, où il est dominé par le massif englacé du Pelvoux, qui monte à 3 946 m, et va jusqu’au pic Coolidge (3 774 m) et la Barre des Écrins (4 102 m), point culminant de tout le massif de l’Oisans-Pelvoux, à la limite du département, et donc également point culminant du département et de la région. Le Glacier Blanc s’étend à l’extrême nord-ouest sur près de 600 ha, le Glacier Noir (400 ha) descend de l’Ailefroide (3 953 m) sur le flanc NO du Pelvoux. Deux grands vallons encadrent le Pelvoux: au sud celui du torrent de Celse Nière, au nord celui du torrent Saint-Pierre, qui offre le curieux paysage de la plaine caillouteuse du Pré de Madame Carle, site d’un ancien lac derrière une moraine, et qu’atteignait presque le Glacier Blanc vers 1850; la route s’y achève et le site reçoit quelque 70 000 visites par an, avec des points de 500 véhicules par jour. Sur les pentes du premier sont offerts les refuges Cézanne (1 874 m), du Glacier Blanc (2 542 m, 135 places) et des Écrins (3 175 m, 120 places); le second est équipé des refuges du Pelvoux (2 704 m) et du Sélé (2 511 m).

Les deux vallons se rejoignent au hameau d’Ailefroide, base de randonnées et qui offre un site d’escalade très fréquenté. Au nord du village débouche un autre vallon, très haut suspendu, emprunté par le GR 54 et, jusqu’à l’ancien hameau de Chambran, par une petite route; en tête de vallon se perche le lac de l’Eychauda (15 ha), à 2 514 m, dominé par le glacier de Séguret Foran (90 ha), et dont sort le torrent du même nom. Les hameaux les plus bas sont le Poët et le Sarret, tout près de Vallouise, qui héberge un Centre national d’activités de montagne de la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM, ex-Caf). Une station de ski, partagée avec Vallouise, est juste au-dessus des hameaux d’aval; elle offre 15 pistes et 7 remontées mécaniques partant de Saint-Antoine, où sont un village de vacances et une base de loisirs. Le massif du Pelvoux au sens large est l’un des grands massifs cristallins de la zone centrale des Alpes, généralement associé à celui de l’Oisans sous le nom d’Oisans-Pelvoux ou, de plus en plus fréquemment, de massif des Écrins.