Pennes-Mirabeau (Les)

19 200 hab. (Pennois) dont 200 à part, 3 366 ha dont 460 de bois, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l’arrondissement de Gardanne, 15 km au NNO de Marseille. Le vieux village est en hauteur, comme les anciens oppidums de Teste Nègre et de la Cloche. La commune, traversée par la N 113 et la ligne ferroviaire à grande vitesse, est jointive de celle de Marseille, qu’elle sépare de Vitrolles. Elle se partage entre le relief accidenté et les garrigues de l’Estaque au sud, le plateau d’Arbois à l’extrême nord, et la dépression intermédiaire, où se déploient les échangeurs des autoroutes A 7 et A 55 vers Martigues, A 51 vers Aix; le tunnel ferroviaire de Nerthe passe sous l’extrémité sud-ouest de la commune.

La ville a un collège public et un privé, un institut médico-éducatif; multiplexe de cinéma Pathé (85 sal.), parc Aqualand à l’extrémité orientale de la commune près de la vaste zone d’activité de Plan de Campagne et de l’échangeur A 7-A 51. Banlieue industrielle et résidentielle de Marseille, elle accueille les installations électriques Cegelec (610 sal.), thermiques CMT (65 sal.), l’ingénierie De Viris (130 sal.), une fabrique de boissons Coca-Cola (210 sal.), les ateliers de mécanique Techno Plus (100 sal.) et de chaudronnerie Mtim (70 sal.). Elle a reçu un centre commercial avec un hypermarché Casino (530 sal.) et des magasins Castorama (190 sal.) et Conforama (100 sal.), Media Saturn (électroménager, 65 sal.), H3M (vêtements pour enfants, 60 sal.); négoce Metro (290 sal.) et centrale d’achat alimentaire Européenne Food (60 sal.), conditionnement à façon Fluid Aromes (60 sal.); autocars Sabardu (110 sal.); gardiennages Saps (190 sal.) et Penauille (160 sal.).

Le nom de la commune était seulement Les Pennes jusqu’en 1902. De 1850 au début du 20e s., sa population est restée étale vers 2 000 hab.; elle augmente depuis: elle est passée à 4 900 hab. en 1936, 10 000 en 1967, 15 000 un peu avant 1980. Les estimations sont de 20 300 hab. (sdc) pour 2005. Le conseil municipal a une majorité de gauche et le maire est Michel Amiel, socialiste, également conseiller général du canton. Le canton a 37 100 hab., 3 communes, 8 805 ha dont 3 313 de bois; il a été créé en 1993 à partir de celui de Gardanne. Les deux autres communes sont Cabriès et Septèmes-les-Vallons.