Pesmes

1 140 hab. (Pesmois), 1 864 ha dont 565 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Saône dans l’arrondissement de Vesoul, 20 km au sud de Grey sur la rive droite de l’Ognon, à la limite départementale. «Petite cité comtoise de caractère», Pesmes fait aussi partie des «plus beaux villages de France» et conserve les restes d’une citadelle du 12e s., avec portes et ruelles en pente; église à portail roman (13e-14e s.) à retables, anciennes maisons décorées (dont la «maison Royale»); musée de l’horlogerie et musée des forges, sur le site de la forge établie en 1660 et active jusqu’en 1993; un collège public, base nautique. La population communale avait fortement décliné (1 800 hab. en 1806, 1 300 en 1900, 770 en 1936) mais augmente lentement depuis les années 1950. Le village est le siège de la communauté de communes du Val de Pesmes, qui correspond au canton.

Le canton a 4 400 hab. (3 800 en 1999), 18 communes et 15 272 ha dont 5 276 de bois; l’Ognon fixe sa limite sud, et sépare aussi la Haute-Saône du Jura; son territoire touche également à la Côte-d’Or à l’ouest. Le nom de val de Pesmes est parfois donné à ce secteur de la vallée de l’Ognon. Malans (140 hab., 675 ha), 3 km au SE de la ville, a un château du 16e s. (et du 19e s.).

Broye-Aubigney-Montseugny (460 hab., 2 436 ha dont 1 000 de bois), 7 km au NO de Pesmes au bord de l’Ognon, non loin de son confluent avec la Saône à Pontailler (Côte-d’Or), a reçu un grand aérodrome de l’Otan avec piste de 3 km, demeuré terrain militaire; la commune résulte d’une fusion de 1972 avec Aubigney (50 hab.), village tassé à l’est, et Montseugny (90 hab.), village-rue au nord; son ancien nom était Broye-lès-Pesmes et elle se nomma même Broye-lès-Pesmes-Aubigney-Montseugny entre 1972 et 1974… Montagney (490 hab., 921 ha dont 279 de bois), 8 km à l’est de Pesmes, a un négoce agricole (Faivre, 20 sal.); son ban atteint au sud la limite départementale sur la rive droite de l’Ognon; sa population s’est accrue de 80 hab. entre 1999 et 2008.