Picquigny

1 390 hab. (Piquinois), 1 031 ha dont 166 de bois, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement d’Amiens, 14 km au NO d’Amiens, sur la rive gauche de la Somme; on y voit les restes d’un puissant château fort, et une ancienne collégiale du 13e s., issue d’une abbaye cistercienne de 1137. Le 29 août 1475, Louis XI et Édouard IV signèrent au château le dernier traité de paix de la guerre de Cent Ans, ce qui valut au village un nouveau pont. La population augmente très lentement depuis 1950. Picquigny n’a guère que de petits commerces de base hors de l’installateur d’électricité GTIE (20 sal. Elle est le siège de la communauté de communes à l’Ouest d’Amiens, qui rassemble 18 communes et 11 600 hab.

Le canton a 18 500 hab. (17 700 en 1999), 21 communes, 20 805 ha; il s’étire des banlieues d’Amiens, auxquelles appartient déjà Ailly-sur-Somme, en direction du NO, de part et d’autre de la vallée de la Somme. Il a subi durement la rétraction des industries textiles après 1975, après avoir cumulé 2 600 emplois en quatre entreprises. Les communes du nord du canton adhèrent à la communauté de communes du Val de Nièvre et environs. Entre la Somme et Vignacourt au nord, la N 1 (D 1001) court sur le plateau; elle traverse la vallée de la Nièvre à Flixecourt, où elle croise l’A 16 (échangeur).

Ville-le-Marclet 530 hab. dont 40 à part, 893 ha), juste à l’est de Flixecourt, y a une usine d’emballages plastiques RKW ex-Saint Frères Emballage (100 sal., films, sacs et gaines en plastique, à un groupe allemand de plastiques) et un château, ainsi qu’un institut médico-éducati; elle s’est nommée Ville-Saint-Ouen jusqu’en 1899. Bettencourt-Saint-Ouen (560 Bettencourtois, 804 ha) est sa voisine de l’autre côté de la Nièvre; elle a ggané 150 hab. (+37%) de 1999 à 2008. Toutes deux sont voisines de Saint-Ouen, dans le canton de Domart-en-Ponthieu.

L’Étoile (1 240 Stelliens, 790 ha), au pied du coteau de rive droite de la Somme, a un oppidum gaulois, dit camp de César, mais peu mis en valeur; une usine de recyclage de textile Le Relais 80 (60 sal.) a succédé à Stella Europe, 120 sal.) qui était une lointaine héritière d’une des quatre fabriques Saint Frères; la population de la commune s’est abaissée de 80 hab. entre 1999 et 2080. Bouchon (150 Bouchonnais, 460 ha), sa petite voisine au nord-ouest, dans un petit vallon, a une église classée du 12e s. Bourdon (390 Bourdonnais, 697 ha), 4 km au sud de Flixecourt sur la rive droite de la Somme, a un clocher inscrit et un cimetière allemand.

Yzeux (270 hab., 505 ha) est juste en amont, avec un château du 19e s., et a gagné 50 hab. de 1999 à 2008; le nom s’écrivait Iseux jadis. Belloy-sur-Somme (750 Bellovaques, 1 324 ha) est à 8 km au SE de Flixecourt également sur la rive droite de la Somme, et s’orne des châteaus d’En Haut et d’En Bas (18e s.); son finage atteint au nord la trace d’une ancienne Chaussée Brunehaut, avec laquelle joue l’A 16; sa population a diminué de 50 hab. après 1999. Juste en face de Picquigny, au pied du coteau de rive droite, se tient le village de La Chaussée-Tirancourt (670 Calcéens, 1 252 ha), où travaille la menuiserie Fourny (35 sal.) et pourvu d’un château; un peu à l’est dans la commune, se voient un «camp de César» et le parc archéologique de Samara, ouvert en 1988 pour mettre en valeur cet ancien oppidum gaulois; il offre un large assortiment d’attractions avec arboretum, jardin botanique, musée archéologique et pavillon des expositions, et sert ainsi de parc de loisirs à la métropole amiénoise.

Le canton est un peu moins peuplé au sud de la Somme. Fourdrinoy (350 Fourdrains, 912 ha dont 252 de bois) est à 4 km SSO de Picquigny et a une église inscrite, plus un grand bois au nord-ouest. Cavillon (120 Cavillonnais, 546 ha) est juste à l’ouest, avec un château. Le Mesge (180 Mesgeois, 873 ha) et Soues (130 Souessois, 864 ha) sont deux petits villages de la vallée du ruisseau de Saint-Landon, dont les finages s’étirent de part et d’autre; château à Soues. Crouy-Saint-Pierre (330 Crouyens, 1 051 ha) est à 5 km en aval de Picquigny; entre le village et le chef-lieu sont le hameau de Saint-Pierre-de-Gouy, témoin d’une commune absorbée en 1972 par Crouy, qui a de ce fait allongé son nom, et les restes de l’ancienne abbaye du Gard (18e s.).

Hangest-sur-Somme (690 Hangestois, 1 246 ha) est au confluent du ruisseau de Saint-Landon, face à Bourdon; église moderne (1927, romano-byzantine, inscrite), hameaux du Pont-de-Grez sur la rive gauche de la Somme, de Bichecourt au sud du village; Hangest a augmenté de 40 hab. après 1999. Un peu plus loin, Condé-Folie (860 Condéens, 1 037 ha) fait face à L’Étoile et forme une agglomération linéaire continue avec Longpré-les-Corps-Saints; elle a gagné 40 hab. depuis 1999; atelier de résines et colles Nord-Composites (50 sal.).