Poissons

750 hab. (Picheneilles), 1 548 ha dont 707 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Marne dans l'arrondissement de Saint-Dizier, 7 km ESE de Joinville, dans le vallon du Rongeant, affluent de la Marne; église classée de 1528 (gothique flamboyant), petit château du 17e s.; maison de retraite publique. La commune a eu 1 600 hab. en 1806, 1 000 en 1900; sa population est stable depuis 1950, et encore entre 1999 et 2008.

Le canton a 1 950 hab., 18 communes et 21 208 ha dont 6 593 de bois; le chef-lieu est excentré à l'ouest, dans la partie la plus accidentée; le reste du canton va à l'est jusqu'aux limites des départements de la Meuse et des Vosges et s'étend sur le plateau de l'Ornois, aux sources de la Saulx. Il est dépeuplé et n'a que de très petites communes, mais en partie rénovées par la grande culture.

Dans la vallée de la Saulx au nord du canton à 9 km NE de Poissons, Échenay (90 Épincellois, 944 ha dont 207 de bois) a un château du 17e s. Cirfontaines-en-Ornois (90 Cirfontainois, 1 395 ha dont 344 de bois), 15 km ENE de Poissons, porte le nom d'une contrée de marche entre Champagne et Lorraine, dont le nom est lié à celui de l'Ornain; le plateau des Bars y atteint 423 m.

Épizon (150 Épizonais, 2 311 ha dont 830 de bois), 18 km ESE du chef-lieu, a reçu un vaste parc éolien des Hauts-Pays, géré par Erelia (GDF-Suez) et comportant trois groupes de 15, 13 et 11 éoliennes, en tout 80 MW. La commune a intégré en 1972 sa voisine de l'ouest Bettoncourt-le-Haut. Après des essais séparés (communautés de communes du Val de Rongeant et des Deux Vallées), 17 communes sont parvenues à constituer la communauté de communes du canton de Poissons, qui a 1 900 hab.