Port-de-Bouc

16 900 hab. (Port-de-Boucains), 1 146 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Martigues, 5 km à l’ouest du chef-lieu. La ville est à l’entrée du chenal de Caronte qui donne accès à l’étang de Berre, côté nord, entre Martigues et Fos. Le centre occupe la presqu’île de la Lèque, dont l’axe est le cours Landrivon, artère nord-sud ombragée et majeure; mais la ville comporte des quartiers distincts, le long du chenal et sur le littoral vers Fos. Port-de-Bouc a une gare, et elle est desservie par la voie rapide qui prolonge l’autoroute A 55, et le tronçon du canal de Marseille au Rhône qui mène à Fos.

Elle dispose d’un port de plaisance de 500 places et un port de pêche avec halle de marée, et de plusieurs plages côté ouest. Le port pétrolier et la raffinerie de Lavéra sont juste en face, au sud, mais dans la commune de Martigues, comme le fort de Bouc, édifié par Vauban face à la ville au sud de la passe de Caronte. La partie nord du finage de Port-de-Bouc est accidentée et donne sur l’étang du Pourra; le domaine départemental de Castillon, sur 49 ha, contient des vestiges antiques autour de Saint-Blaise et au sein d’une forêt domaniale.

La ville a deux collèges publics et deux lycées professionnels publics, un centre d’aide par le travail; musée Moralès de sculptures métalliques, 400 emplacements de camping. Les principaux employeurs sont liés aux activités portuaires, bien que les chantiers navals aient fermé en 1966: manutention portuaire Boluda (Srpam, 170 sal.), manutention Getim (100 sal.), agence maritime Barwil Pomme (35 sal.), service du Pilotage (45 sal.), ateliers de mécanique Endel (130 sal.) et MRI (110 sal.), de matières plastiques Albemarle (120 sal.), métallerie-tuyauterie Ponticelli (65 sal.), ingénierie Heliatec (35 sal.); travaux d’installations électriques Spie (260 sal.), d’isolation Isotherma (90 sal.), de réseaux de la Suburbaine de Canalisation (Sscgt, 55 sal.), travaux publics Eurovia (80 sal.); transports d’hydrocarbures Dentressangle (50 sal.) et oléoduc Trapil (25 sal.), Sncf (40 sal.). La ville accueille aussi un hypermarché Carrefour (200 sal.).

La commune a été créée en 1866 à partir de Martigues et de Fos, avec 1 300 hab.; sa population a augmenté après 1896, montant à 3 400 hab. en 1911, 6 200 en 1936, 12 500 en 1962, et a culminé à 21 400 hab. en 1975, avant de perdre près de 5 000 hab. jusqu’en 1999. Les estimations pour 2005 sont néanmoins de 17 900 hab. La commune n’a pas moins de trois «zones urbaines sensibles»: toute la presqu’île centrale (la Lèque, les Aigues Douces), les Amarantes au nord de la voie rapide, les Comtes à l’est du canal. La municipalité est dirigée par le parti communiste depuis 1945; le maire actuel est Patricia Fernandez, néanmoins élue contre un candidat socialiste.