Pouilly-en-Auxois

1 700 hab., 1 012 ha, chef-lieu de canton de la Côte-d’Or dans l’arrondissement de Beaune, 40 km à l’OSO de Dijon. La bourgade, ancien chef-lieu de tribu gauloise, est située dans la dépression de l’Auxois juste au pied du talus des plateaux bourguignons, et au bord du canal de Bourgogne. Après un long et lent déclin, son activité a été relancée par l’autoroute du Soleil, puis le gros échangeur des autoroutes A 6 et A 38, celle-ci menant directement à Dijon. Le canal de Bourgogne y passe en souterrain sur 3 333 m sous la ligne de partage des eaux Seine-Rhône; aux extrémités, haltes nautiques.

La population de la commune a un peu augmenté depuis les 1 000 hab. de la première moitié du 20e s. Le bourg anime une «station verte de vacances» étendue à cinq petites communes voisines; il a un collège public; plastiques pour bâtiment LVI (90 sal.), piscines en plastique U2PPP (30 sal.), matériel médical Immunodiagnostic System (45 sal.), restaurants d’autoroute Auto-Grill (100 sal.), magasin Atac (30 sal.), négoce de matériaux Big Mat (25 sal.); transports Lauber (25 sal.). La communauté de communes de l’Auxois-Sud rassemble tout le canton et siège à Pouilly.

Le canton a 5 500 hab. (5 000 en 1999) pour 25 communes et 27 837 ha dont 3 499 de bois; il est traversé du NO au SE par l’autoroute A 6 et le canal de Bourgogne; les deux empruntent au NO la vallée de l’Armançon. Autour de Pouilly, s’offrent plusieurs équipements de loisirs: aérodrome de Pouilly-Maconge (code LFEP) avec piste gazonnée de 850 m et aéroclub, flanqué d’un circuit auto-moto-karting de 1 500 m à Maconge (140 hab., 627 ha), 4 km au sud du bourg; golf à Chailly-sur-Armançon (290 hab., 1 865 ha dont 255 de bois), 7 km à l’ouest de Pouilly; étangs de barrage de Cercey (68 ha) à l’ouest dans la commune de Thoisy-le-Désert (200 hab., 1 306 ha) et de Panthier (112 ha) à l’est dans la commune de Vandenesse-en-Auxois (280 hab., 1 125 ha), dont le village est à 7 km SE de Pouilly au bord du canal. Ces lacs, réputés pour leurs carpes, ont été aménagés pour l’alimentation du canal de Bourgogne, à l’endroit du partage des eaux; le second est équipé d’une base de loisirs.T outes ces communes ont une population croissante, Chailly ayant gagné jusqu’à 90 hab. de 1999 à 2008, les autres 40 à 60 hab.

Essey (230 hab. dont 40 à part, 1 261 ha dont 416 de bois), 7 km au SSO de Pouilly, a un institut médico-éducatif et a gagné aussi 40 hab. après 1999. Châtellenot (150 hab., 1 152 ha), 7 km au SO de Pouilly, est un petit village perché à 517 m sur un éperon barré qui domine le site de l’étang de Cercey; il s’orne d’un château des 16e-17e s. et d’un moulin à vent restauré. À Éguilly (60 hab., 569 ha), 5 km au nord de Pouilly, beau château des 13e et 18e s. associant tours rondes et carrées.

La partie centrale du canton est en contrebas de deux grands éléments du plateau calcaire, l’un isolé à l’ouest, où Mont-Saint-Jean (250 hab., 2 766 ha), vieux village en cours de rénovation et «village de caractère», a un gros donjon à 4 tours issu d’un ancien château fort, l’autre soudé à l’est aux plateaux bourguignons et déjà proche de la Montagne dijonnaise; la commune a dépassé 1 200 hab. au début du 19e s. et s’est fortement dépeuplée ensuite, avant de se stabiliser à partir de 1975.

Commarin (130 hab., 639 ha), 8 km à l’est de Pouilly et proche de l’étang de Panthier, est un village fleuri où vécut le conteur bourguignon Henri Vincenot, toutefois né et mort à Dijon (1912-1985); Commarin est surtout connu pour son château, en partie du 14e s., en partie du 17e et du 18e s., à tours rondes et douves du 15e s. et tours carrées du 18e s., au riche mobilier, qui appartient à la famille de Voguë et reçoit 15 000 visiteurs par an; il fait partie de la «station verte» de Pouilly et compte une maison de convalescence.

À 5 km au sud de Commarin et 9 km SE de Pouilly, Châteauneuf (90 hab., mais plus de 500 en 1826, 1 006 ha dont 327 de bois), parfois dit «en Auxois» mais pas de façon officielle, est un petit village perché, dominant la trouée empruntée par la Vandenesse, le canal de Bourgogne et l’autoroute du Soleil (A 6). Il est agrémenté de belles ruelles et des restes d’un château des 12e-13e et 15e s., à hauts murs, grosses toursrondes et vieux donjon carré, très visité (37 000 entrées par an); inscrit parmi les «plus beaux villages de France» et les «villages de charme», Châteauneuf fait aussi partie de la «station verte» de Pouilly.

Créancey (520 hab., 1 671 ha), 3 km au SE de Pouilly au pied de la côte, a un château du 17e s.; la commune inclut à l’est le gros hameau de Panthier et atteint la rive de son lac; menuiserie Chevalier (25 sal.). Semarey (110 hab., 732 ha), 2 km au NO de Commarin au pied de la côte, accueille la maçonnerie Baudot (20 sal.).