Pulversheim

2 800 hab., 854 ha dont 302 de bois, commune du Haut-Rhin dans le canton d’Ensisheim, à 6 km SO du chef-lieu, 10 km au SE de Guebwiller et 12 km au NNO de Mulhouse, dans la partie septentrionale du Bassin Potassique. La commune n’avait que 300 hab. avant les années 1930; la population est passée à 1 500 en 1954, 2 100 en 1975 et s’est maintenue depuis, avec toutefois une nette augmentation récente: un gain de 500 hab. entre 1999 et 2002.

La ville a un lycée polyvalent. L’ancien noyau villageois était très petit; il a été submergé par les cités ouvrières qui se sont étalées à l’est, non loin des anciens puits Théodore et Eugène de Wittenheim. Des bois acompagnent le cours de la Thur le long de la limite occidentale, les installations du puits Rodolphe débordant un peu sur le territoire de Pulvershim à l’ouest de la Thur. Il reste quelques traces du puits Ensisheim III, qui avait été foré sur le territoire commual, à la pointe nord-est.

La nouvelle aire de la Thur (40 ha), financée au titre de la reconversion du Bassin, a attiré Faurecia (Sielest, sièges pour automobiles, 420 sal.), MSU (Urbain, matériel d’escalade, 60 sal.), les tubes en acier ATCM (Alsacienne de tuyauterie et chaudronnerie, 60 sal.), l’électronique Thurmelec (40 sal.), les traitements de surface Impreglon (30 sal.), les moteurs électriques Helmke (45 sal.), les ficelles et tresses Teo Ber Automotive (25 sal., entreprise issue d’une ancienne usine de non tissé Lambiotte reprise par l’états-unien Foss puis cédée à une entreprise turque d’autocars); installations électriques Snef (110 sal.), nettoyage Pardavila (120 sal.).