Puttelange-aux-Lacs

3 210 hab. (Puttelangeois), 1 666 ha dont 466 de bois, commune de la Moselle dans le canton de Sarralbe, 11 km au NO du chef-lieu. Son nom a souvent changé: à l’origine Puttilo, d’un patronyme germanique, donnant Puttelange selon une forme répandue en Lorraine, il devint Puttelange-lès-Sarralbe en 1844. Les Allemands la nommèrent Puttlingen-Lothringen en 1871; elle reprit le nom de 1844 en 1918, ce qui donna Puttlingen-bei-Saaralben en 1940; curieusement, en 1944 on choisit Puttelange-lès-Farschviller, du nom du village voisin où se trouvait, à 4 km, la gare par laquelle les travailleurs de Puttelange pouvaient accéder aux emplois du bassin houiller. Enfin la nouvelle appellation, moins rébarbative et même un peu publicitaire, fut adoptée en 1971, alors que les lacs de la ligne Maginot étaient là depuis 40 ans (v. Sarralbe).

Puttelange eut deux autres originalités, celle de fabriquer des tamis de crin de cheval (16e-17e s.), qui donna à ses habitants leur surnom de tamiseurs (Hesiber), puis la fabrication de chapeaux haut-de-forme en peluche de soie, qui occupa jusqu’à 1 400 ouvriers dans les années 1840, mais qui dût fermer en 1913; l’usine fut reprise, quelque temps après la guerre, comme bonneterie. La ville a un collège public mais, outre ses commerces et services, dont un négoce de vêtements (Nagel, 35 sal.), elle n’a plus que de petits ateliers et entreprises de bâtiment dont ASC (couverture, 25 sal.) et les travaux publics Visconti (25 sal.); supermarché Match (25 sal.); ambulances Goetschel (35 sal.). La commune a dépassé 2 000 hab. dès 1820; elle est passée de 1 700 en 1954 à 3 000 en 1982 et s’accroît modérément (+70 hab. de 1999 à 2008).