Reichshoffen

5 700 hab., 1 764 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, à 3 km au SE du chef-lieu, 18 km au NO de Haguenau. Elle appartient au petit bassin industriel de Niederbronn, au bord de la r. Zinsel, et bénéficie d’une extension locale du Parc des Vosges du Nord; en 1972, elle a absorbé au nord-est l’ancien village de Nehwiller. Sa population est passée de 3 000 hab. au début du 20e s. à 4 000 en 1962, 5 000 en 1975; elle a encore gagné 300 hab. entre 1999 et 2007. Reichshoffen est un centre industriel qui fut déjà actif au 19e s. et qui conserve au château le siège du groupe De Dietrich, assorti de collections et archives gérées par une association; le groupe emploie dans la commune 80 personnes mais ses anciennes usines ont été cédées.

La commune abrite plusieurs établissements: fabrique de matériel ferroviaire (autorails) transférée du groupe De Dietrich à Alstom et passée de 1 300 à 760 sal.; fabriques d’infrastructures ferroviaires Cogifer, transférée de De Dietrich à l’allemand Vossloh (deux usines de 200 et 120 sal.); usine De Dietrich Thermique (60 sal.); matelas à ressorts Treca (groupe japonais Sumitomo, 100 sal.) à partir d’une tréfilerie-câblerie (d’où le nom Treca) venue de Puteaux en 1922 et reprise plus tard par Dunlop; tréfilerie Stal (Tréfileries d’Alsace, 70 sal.); bétons et travaux publics Fehr (190 sal.); mécanique MCN (30 sal.), cuisines Kocher (25 sal.).

La ville a aussi un Intermarché (75 sal.) et un supermarché Match (35 sal.), un centre d’aide par le travail de la fondation Sonnenhof, une régie intercommuinale d’électricité (25 sal.); musée du Fer, collège public; gare, plan d’eau (pêche). Le centre est au confluent du Schwartzbach qui vient du nord et du Falkensteinerbach qui vient du nord-ouest par Niederbronn. Il s’est agrandi de larges lotissements, notamment la Prairie au nord-est et Napoléon au sud-ouest. Trois zones d’activités flanquent l’agglomération à l’est, à l’ouest et au sud. À la pointe sud-ouest du ban se tient à l’écart le hameau de Lauterbacherhof, proche de Gundershoffen.

La partie nord du ban est boisée, sauf autour de l’annexe de Nehwiller, assez gros village qui aligne ses maisons sur deux routes. Le grand plan d’eau de Wolfartshoffen est retenu par un barrage de 1982 dans les bois au centre du finage, dans la vallée encaissée du Schwartzbach; il a sur sa rive un mirador d’ornithologie, un peu en aval une chapelle à pèlerinages. Le site de la fameuse bataille de 1870 est un peu plus à l’est, dans le canton de Wœrth.