Richwiller

3 400 hab., 555 ha, commune du Haut-Rhin dans le canton de Wittenheim, en banlieue NO de Mulhouse sur la route du Bassin Potassique. Le finage comprend trois ensembles distincts. Au sud, longeant la route de Pfastatt, le minuscule ancien village est submergé par une large bande de lotissements à jardins, cité ouvrière à l’origine. À l’ouest, la gare de triage et l’ancien puits Max des Potasses sont entourés d’autres cités, de bois et de bassins. Au nord-est, sur la D 155, s’est établie la zone d’activités de Meyers Hof, non loin de la ferme Grossacker et en extension du Kaligone de Mulhouse. Sa population a beaucoup augmenté depuis les 1 000 hab. de 1936, et surtout au cours des années 1950, mais s’est stabilisée.

La ville a d’assez nombreuses activités caractéristiques des banlieues, d’où émergent dans le secteur productif les viandes de boucherie Amural (70 sal.), les cartons ondulés Corrupad (groupe Amiquar, 40 sal.), les appareils de basse tension Murrelektronik (40 sal.), la mécanique Hameca (25 sal.), la métallerie Stalder (Bricofer, 35 sal.), les bétons du Seeboden (60 sal.). Dans les services à l’habitat et le bâtiment se signalent l’imprégnation du bois CEH (Centre d’entretien de l’habitat, 50 sal.), les installations thermiques Axima Seitha (55 sal.), les maçonneries Gherardi (65 sal.) et Zahm (50 sal.), les travaux publics Sogea (70 sal.) et Urban (35 sal.).

S’y ajoutent le gros négoce de plastiques PUM (350 sal.), les négoces de pièces de literie Blatt (70 sal.), de plomberie Ceder (35 sal.), de médicaments Alliance Healthcare (30 sal.), d’articles de bureau Dacty Buro du Cntre (20 sal.); les transports CI Alsace (40 sal.); les entreprises de nettoyage LNA (Les Nettoyeurs associés, 150 sal.) et TFN (Technique française du nettoyage, 170 sal.). Mais les ateliers ACRR (construction et réparation de wagons, matériel minier et moteurs électriques, 300 sal.), ancienne filiale des Potasses d’Alsace, n’ont pu subsister.