Rombas

10 250 hab. (Rombasiens), 1 169 ha dont 531 de bois, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Metz-Campagne, 17 km au NNO de la préfecture. La ville est au pied de la côte de Moselle, juste au sud du débouché de la vallée de l’Orne; les Allemands la nommaient Rumbach. Le village ancien était sur la basse pente du talus, et cultivait la vigne depuis que l’abbaye de Gorze l’y avait incité. Puis on y a extrait du fer (mine Saint-Paul dans la vallée de l’Orne) et, surtout, l’industriel allemand K. Spaeter a choisi le site pour installer une aciérie fondée sur le nouveau procédé Thomas-Gilchrist, inaugurée en 1890 (Rumbacher Hüttenwerke). La ville actuelle est dans la plaine, au pied de la haute côte de 220 m de commandement qui culmine à 399 m à la côte de Drince, tandis que le plateau reste boisé.

La population était passée de 1 300 hab. en 1881 à 6 200 en 1911; elle était de 7 100 hab. en 1931, est parvenue à 10 500 en 1962, 13 300 en 1975 puis a baissé, s’est à peu près stabilisée après 1985 et aurait perdu près de 600 hab. de 1999 à 2008. L’aciérie, qui était un grand fournisseur de palplanches, a fortement réduit ses activités dans les années 1980 et terminé son existence en 1993. Le dernier haut fourneau a été rasé en 2001. Dès la fin des années 1970, les municipalités ont veillé à diversifier et rénover. Rombas a choisi d’investir dans le fleurissement, obtenant quatre fleurs et le premier prix régional. Le centre-ville a été entièrement refait.

La commune comprend collège et lycée publics, médiathèque et espace culturel. Une zone de loisirs a été aménagée au Fond Saint-Martin, avec étang et parc animalier. Mais il n’y a guère d’entreprise de poids: installations de chauffage Nass (35 sal.), comptabilité Sofico (25 sal.); Intermarché (25 sal.). Lorraine-Ateliers, atelier protégé, emploie 20 salariés à la mécanique. La N 53 court au pied de la côte et longe la ville côté est. Rombas est le siège de la communauté de communes du pays d’Orne et Moselle (13 communes, 52 900 hab.). La majorité municipale est à gauche depuis 1977; le maire est Lionel Fournier, socialiste, également conseiller général du canton. Le canton a 20 300 hab., 2 communes, 2 215 ha; l’autre commune est Amnéville.