Romilly-sur-Seine

14 000 hab. (Romillons) dont 250 à part, 2 532 ha dont 913 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Aube dans l’arrondissement de Nogent-sur-Seine, 17 km à l’est de celle-ci et 38 km au NO de Troyes, sur le rebord sud de la vallée de la Seine, où passent la N 19 et la voie ferrée Paris-Bâle. Romilly est surtout une ville d’industrie, qui fut profondément marquée par le textile, s’étant fait une spécialité dans les tissus élastiques (1 700 ouvriers en 1930), et secondant Troyes en bonneterie (2 000 ouvriers en 1930). Toutefois sa principale usine est actuellement la fabrique de vélos Cycleurope (passée néanmoins de 430 sal. en 2005 à 265 en 2010), qui avait d’abord fabriqué des réfrigérateurs puis des antennes de télévision avant d’être acquise par Peugeot en 1972, et qui a pu atteindre le millier de salariés en 1989; elle travaille pour plusieurs marques (dont Gitane, Meteor, Bianchi…).

Le textile a subi de grandes désillusions avec la disparition d’ateliers des firmes Poron (Absorba) et Devanlay, et surtout avec les abandons de deux groupes locaux, d’abord Le Coq Sportif (passé à Adidas en 1974 et fermé en 1988), puis les difficultés de Jacquemard et de ses filiales Aube Chaussettes et Olympia en 2003, de la Sorotex. et d'UPA-Barbara. Il n'est plus guère représentéque par New Olympia (90 sal., articles chaussants), successeur de Jacquemard; la friche Sorotex donne naissance à quelque 200 logements (dont un tiers de lofts, un tiers de petites maisons) et une dizaine de commerces (2012). Restent dans l'industrie la Maroquinerie de Champagne (45 sal.), la métallerie Pac Damas du groupe Prévost Industries (portes et menuiserie métalliques, 55 sal.) et des entreprises de bâtiment, comme Batiteg (85 sal.) et Briant (45 sal.); peinture Broggi (25 sal.), travaux publics Colas (45 sal.); négoce Romilly Viandes (35 sal.).

La ville offre à la vue quelques maisons bourgeoises, de nombreuses anciennes usines dont certaines méritent un classement, notamment par l’abondance des formes «art nouveau» du début du 20e siècle. Au NO dans la vallée de la Seine, apparaît le château de Sellières, reste d’une ancienne abbaye cistercienne, où fut enterré Voltaire avant d’être inhumé au Panthéon en 1791. Au sud-ouest, le Nouveau Romilly est classé comme «zone urbaine sensible». Les ateliers de la SNCF, que la Compagnie des chemins de fer de l’Est avait installés en 1887, continuent à réparer et entretenir des wagons (660 sal.). L’ancienne base aérienne 914 a fermé en 1995; mais l’armée y maintient un ensemble de radars de surveillance du Nord-Est du pays (60 personnes); l’aérodrome (code LFQR) est encore en service (pistes de 980 et 1 250 m), avec un aéroclub de 6 avions, mais doit fermer (une piste a été supprimée en 2010), la communauté de communes envisageant d'implanter sur le site (200 ha) une zone d'activités commerciale.

La ville, plus peuplée que la sous-préfecture, est mieux équipée qu’elle en services: elle a un centre hospitalier (70 lits, plus 25 en psychiatrie), une polyclinique (70 lits, 70 sal.), deux maisons de retraite (45 et 35 sal.); un lycée général et un lycée professionnel publics, trois collèges dont un privé; un hypermarché Leclerc de 220 sal., magasins Carrefour (65 sal.), But (25 sal.); travail temporaire Adia (65 sal.), comptabilité Prieur (35 sal.), publicité Mediapost (35 sal.), ambulances Garnier (45 sal.). La croissance de la population communale a été régulière au 19e et au 20e s., jusqu’en 1975 (17 400 hab. sdc); depuis, le mouvement s’est inversé, la commune ayant encore perdu un millier d'habitants après 1999. L’unité urbaine Insee est donnée pour 16 300 hab., l’aire urbaine pour 21 600.

Les deux cantons de Romilly ont 20 200 hab. (20 600 en 1999), 12 communes et 19 143 ha. Au nord, la vallée de la Seine s’élargit avant le confluent avec l’Aube, et elle est partagée par la limite départementale Aube-Marne. À 20 km au SE de Romilly, Fontaine-les-Grès n'appartient plus au canton depuis 1973. Les villages se tiennent sur le rebord de la craie, rive gauche. Maizières-la-Grande-Paroisse (1 440 Maiziérons, 2 046 ha dont 376 de bois), 5 km en amont de Romilly, a une fabrique d’adhésifs du Joint français (40 sal., marque Bostik, au groupe Total par Hutchinson), une menuiserie de plastiques Atlantem (35 sal.) et un gros entrepôt de produits phytosanitaires (Champagri); transports Aub Transport (40 sal.); un institut médico-éducatif. La commune a eu 2 100 hab. en 1954, seulement 1 400 en 1975, puis sa population a fluctué autour du niveau qu'elle avait vers 1850; elle a officiellement perdu 100 hab. entre 1999 et 2009, mais le mouvement semble enrayé et plusieurs lotissements sont en construction.

Vers l’aval, Saint-Hilaire-sous-Romilly (400 hab., 2 020 ha dont 200 de bois), 4 km à l’ouest de Romilly, a une usine Tractel (matériel de levage et manutention, 140 sal.) et une maison de retraite privée; elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Crancey (830 Cranceyons, 881 ha dont 203 de bois) 6 km à l’ouest de Romilly au bord de la vallée et sur la route de Paris, a un atelier de plastiques (Icoa, 55 sal., mousse souple) et une nouvelle fabrique de matelas et sommiers (Mondial Mateflex, 45 sal.).

La plaine de craie est cultivée par les gros villages de Pars-lès-Romilly (780 Pariens, 1 788 ha) au centre, qui a gagné 80 hab. depuis 1999, d’Origny-le-Sec (640 hab., 1 631 ha) à l’est et Gélannes (740 Gélannois, 1 213 ha) à l’ouest, dont la population a moins évolué. Orvilliers-Saint-Julien (290 Bitards, 2 392 ha), 12 km ESE de Romilly dans la plaine de craie, a reçu un parc de 6 éoliennes (12 MW); le village garde des traces d'anciens ateliers de bonneterie, comme Ossey-les-Trois-Maisons (580 Osseyons, 1 625 ha), qui est à 9 km au sud de Romilly, le gros hameau des Trois-Maisons donnant sur la vallée de l'Ardusson. La population de chacune de ces deux communes s'est accrue de 70 hab. entre 1999 et 2008.

Tout au sud du canton dans la petite vallée de l’Ardusson, qui vient de Marigny-le-Châtel et conflue avec la Seine à Nogent-sur-Seine, Saint-Martin-de-Bossenay (390 Saint-Martiniers, 1 626 ha), 9 km au sud de Romilly, a eu de petits puits de pétrole, qui ont produit 1,5 Mm3 depuis 1959; Gaz de France a racheté le gisement en 1995 pour y stocker du gaz; la population a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2008. À 5 km à l’ouest dans la même vallée, Ferreux-Quincey (350 Ferrillons, 1 532 ha dont 358 de bois), issue d’une fusion de communes de 1973, a un château du 18e s. à Ferreux et, à Quincey, une fraction des restes de l’abbaye du Paraclet.