Ronchin

18 300 hab. (Ronchinois ou Bruants) dont 130 à part, 542 ha, commune du département du Nord dans le canton de Lille-SE, juste au sud-est de Lille, dont elle est limitrophe. Le gentilé vient du bruant, nom local du hanneton, associé aux ronces qui sont réputées être à l'origine du nom de la ville. Une cité-jardin est au centre de la commune, réunissant dans les années 1950 et 1960 le Grand et le Petit Ronchin qui étaient restés séparés.

Le finage contient aussi le quartier plus récent du Champ du Cerf et le parc de la Lorelei, une gare, deux voies ferrées plus la LGV, plus l'autoroute A 1 qui traverse à l'est, avec un grand échangeur. Le territoire communal déborde largement l'autoroute vers l'est en direction de Villeneuve-d'Ascq dans une section où ont pris place une zone d'activités, un golf, des installations sportives et un centre hippique régional. La Faculté de sports (Staps) de l'université de Lille-II est au nord de la ville, ainsi que l'Institut de réhabilitation de la parole et de l'audition (280 places). Ronchin a également deux collèges publics.

Elle vient de recevoir (2011) le siège et la logistique du groupe Adeo (680 sal.), filiale de Mulliez pour les magasins de matériaux, outils et bricolage du groupe (Leroy-Merlin Weldom, Bricoman, Kbane, etc.), transférés de Lezennes. Elle est le site de la fabrique d’équipements de levage ECL (Électrification Charpente Levage, 450 sal.) qui appartient au groupe Rio Tinto, et y ajoute le matériel électrique Siemens (140 sal.), les ateliers de matériel agricole Guillebert (85 sal.) et de mécanique Semeca (55 sal.), l'imprimerie Caractères (30 sal.); un supermarché Match (65 sal.), vente à distance Selectronic (30 sal.); ingénierie Galtier (30 sal.); installations électriques Ineo (35 sal.), nettoyage Isor (230 sal.); ambulances Star (90 sal.). Ronchin avait 1 600 hab. en 1850, 5 600 en 1911, 11 500 en 1962 ; sa population n’augmente que peu depuis 1982 (+130 hab. de 1999 à 2010). Le maire est Alain Rabary, socialiste.