Roquefort-les-Pins

5 300 hab. (Roquefortois), 2 153 ha dont 1 179 de bois, commune des Alpes-Maritimes dans le canton du Bar-sur-Loup, sur le bas plateau au sud-est du chef-lieu et au sud du Loup, dont la vallée encaissée marque la limite nord de la commune. Son territoire est resté vide du 14e au 16e s. et n’a été réoccupé que par de petits hameaux spontanés, sans village, seule l’église de Cardache servant de point de ralliement à partir du 18e s. La commune n’a donc pas de centre véritable, mais une poussière de villas, souvent en lotissements. L’habitat se disperse de part et d’autre de la route de Grasse à Villeneuve-Loubet et Nice, où le quartier du Plan, avec la mairie, tend à esquisser à présent un centre. Cette commune résidentielle a peu d’entreprises; Intermarché (20 sal.), maison de retraite (25 sal.); plusieurs grottes. La mention «les Pins» est de 1933. La commune est restée de petite taille jusque dans les années 1950 (450 à 600 hab. dans la première moitié du 20e s.), puis a connu un accroissement sensible, passant à 2 500 hab. en 1975, 5 000 vers 1995. Elle a gagné 910 hab. de 1999 à 2007, soit +17%; elle enregistrait plus de 400 résidences secondaires en 1999.