Roquesteron

480 hab. (Roquetois), 647 ha dont 433 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes dans l’arrondissement de Nice, 58 km au NO de la préfecture, à 350 m. Le village, doté d’une église du 12e s., est dans la vallée de l’Esteron sous la haute crête du Mont Long (1 063 m); seule une route très tortueuse le relie à la vallée du Var à l’est, puis à Nice; d’autres petites routes tout aussi sinueuses permettent d’atteindre Puget-Théniers au nord et Castellane loin vers l’ouest. La population communale est passée par un minimum de 220 hab. en 1975 et 1962 et a augmenté ensuite jusqu’en 1990, puis s’est stabilisée.

Le canton a 3 400 hab., 9 communes, 11 127 ha dont 7 813 de bois. Il est limité au sud par cours de l’Esteron. Sigale (180 Sigalois, 560 ha) est à 5 km à l’ouest de Roquesteron, à 630 m, en adret sous la cime de la Cacia qui prolonge vers l’ouest le Mont Long; église romane du 12e s., restes de remparts et de portes, fontaine du 16e s., musée Sigalois. Sigale a eu plus de 500 hab. avant 1860, 110 au minimum de 1968; elle en a gagné une trentaine entre 1999 et 2007. Cuébris (180 Cuébrois, 2 310 ha dont 2 000 de bois et garrigues) est à 4 km au NE du chef-lieu, à 540 m. C’est un beau village d’allure médiévale; il possède un finage étiré d’ouest en est, drainé en gorge vers l’Esteron par le riou de Cuébris; ruines castrales. La commune n’avait plus que 70 hab. autour de 1960. Pierrefeu (240 Pierrefeutins, 2 227 ha dont 1 805 de bois) est perché à 690 m à 6 km à l’est de Roquesteron à vol d’oiseau, mais 14 km par la route; musée de la Genèse, église du 16e s., fête de la polenta. Son finage monte à 1 518 m au mont Brune tout au nord. Sa population était tombée à 60 hab. en 1962.

Toudon (230 Toudonnais, 1 856 ha dont 1 231 de bois, à 1 000 m), Tourette-du-Château (90 Tourettans, 974 ha dont 635 de bois, à 900 m) et Revest-les-Roches (160 Revestois, 861 ha dont 529 de bois, à 850 m) sont trois villages haut perchés au nord-est du canton, formant les Balcons de l’Esteron. Revest a un petit finage qui se perd à l’est dans les gorges du défilé de Chaudan; pont suspendu des Hirondelles. La commune a été créée à partir de Toudon en 1871, avec 190 hab., s’est dépeuplée jusqu’en 1975 (25 hab.) et croît depuis (+30 hab. de 1999 à 2005). Toudon avait moins de 120 hab. en 1982 et croît aussi, gagnant 40 hab. de 1999 à 2007; son finage culmine à la cime des Collettes (1512 m); musée d’outils anciens dans l’ancien moulin à grains. Celui de Tourette, jadis nommée Tourette-Revest, va jusqu’au mont Vial (1 550 m) où ont été trouvés des restes d’un habitat ligure; le mont offre un large panorama et a reçu un observatoire et des auberges; quelques ruines castrales; de 400 hab. en 1846, sa population était tombée à 23 hab. en 1975.

Dans l’angle sud-est du canton, dominant le confluent du Var et de l’Esteron en aval du défilé de Chadan, Bonson (600 Bonsonnois, 672 ha dont 350 de bois, à 400 m) et Gilette (1 300 Gilettois, 1 018 ha dont 750 de bois, à 460 m) sont également des villages perchés, mais plus faciles d’accès depuis Nice et la vallée du Var et bien plus peuplés. Gilette a des ruines d’un château fort de l’Aiguille, nombre d’escaliers et de placettes, un musée des anciens outils (Lou Ferouil) avec une ancienne forge, un théâtre de verdure et des manifestations artistiques; quelques entreprises notables: transports Courbaisse (30 sal.) chimie fine La Mesta (75 sal.), village de vacances ULVF (20 sal.). Des villas s’échelonnent sur le versant de droite du Var, au-dessus d’un barrage et du pont Charles Albert. La commune a eu 940 hab. à son premier maximum (1856), est descendue à 500 hab. en 1975 et s’est repeuplée depuis; elle a gagné 200 hab. entre 1999 et 2007. Elle a peu à faire avec le chef-lieu de canton et relève des franges niçoises; mais elle est le siège de la communauté de communes de la Vallée de l’Esteron, qui groupe 10 communes et 3 500 hab., y compris Roquesteron. Bonson a évolué parallèlement, avec un peu d’avance: 470 hab. en 1846, 200 en 1954; ruines castrales, plusieurs chapelles, retables dans l’église; original festival du Peu, autour d’œuvres d’art inspirées par la lettre P; oliveraie rénovée, avec coopérative et moulin neuf. Au bas de Bonson, le hameau du Gabre, animé par une usine d’EdF et ses employés, est accessible par le couloir de communication du Var mais n’est pas relié au village.