Roquevaire

7 900 hab. (Roquevairois), 2 383 ha dont 1 383 de bois, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l’arrondissement de Marseille, 22 km ENE de la préfecture. Le centre historique est à la sortie du défilé de l’Huveaune; il a un beffroi à horloge, et un collège public; un festival d’orgue se tient en septembre dans l’église du 18e s., sur le grand orgue de Pierre Cochereau; ateliers d’artistes et expositions de peintures; Intermarché (45 sal.), clinique diététique (45 sal.). La commune est traversée par l’A 52 et la N 96. Son finage monte à 789 m à la Tête de Roussargue à la pointe sud-est, à 730 m à l’ouest dans la chaîne de l’Étoile où il est limitrophe de Marseille. Roquevaire a eu jusqu’à 3 600 hab. en 1866 avant de se dépeupler un peu (2 600 hab. dans l’entre-deux-guerres). Le nombre d’habitants croît depuis, a dépassé les 5 000 hab. en 1975 et les 7 000 en 1990; il a gagné 400 hab. entre 1999 et 2005.

Le canton a 39 300 hab., 9 communes, 12 655 ha dont 6 763 de bois. Il comprend les communes peuplées de La Bouilladisse, La Destrousse, Peypin, Cadolive, Saint-Savournin, Gréasque. Seule Belcodène (1 500 Belcodénois, 1 297 ha dont 850 de bois) au nord-est, voisine de Fuveau, également traversée par l’A 52 et la N 96, a moins de 2 000 hab. Il est vrai qu’elle n’avait qu’un très petit village, de 130 hab. en 1962: la population a plus que décuplé depuis et a encore gagné 300 hab. de 1999 à 2007; institut médico-éducatif et centre d’aide par le travail.