Saint-Clément-de-Rivière

5 300 hab. (Clémentois) dont 270 à part, 1 273 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton des Matelles, 9 km NNO de Montpellier. Cette commune des garrigues est maintenant l’un des éléments de la banlieue résidentielle de Montpellier, sans doute le plus riche par ses villas et la composition de sa population. Le territoire communal, très étiré du nord au sud, est divisé en deux ensembles par un étranglement que franchit la r. Lironde.

Au sud, au ras de la commune de Montpellier, se tient un grand ensemble commercial dominé par l’hypermarché Carrefour (480 emplois), avec un Castorama (110 sal.) et un Darty (25 sal.) et flanqué de lotissements; s’y trouvent aussi le «campus de Bissy» (Esarc) pour l’enseignement commercial privé (groupe Cefire, 65 emplois) et, plus isolée, la clinique psychiatrique de la Lironde (130 emplois, 100 lits). La partie septentrionale est plus résidentielle, en multiples lotissements arborés, avec une maison de retraite (25 sal.) et le minicentre villageois du Boulidou doté de quelques commerces, récemment complété par un ensemble de petites maisons jointives «à la Port-Grimaud» conçu par F. Spoerry.

À la limite nord du finage, se sont établis un collège public puis une nouvelle zone d’activités dite Saint-Sauveur, partagée avec Saint-Gély et Les Matelles, qui comprend un lycée polyvalent, un centre sportif et équestre UCPA, une clinique de rééducation de 80 emplois (Ster), les cliniques Saint-Sauveur (40 sal.) et du Pic Saint-Loup (65 sal.), un atelier de programmation informatique (Cynorg, 100 sal.) et un de maintenance informatique (Wynid, 45 sal.). Près de là, la source du Lez, résurgence au fond d’un cirque dans le plateau calcaire, alimentait un aqueduc vers Montpellier; les eaux sont encore captées, mais passent par une grosse canalisation.

La commune a ajouté en 1985 à son nom celui de la Rivière, dénomination ancienne de la large vallée du Lez. Elle n’avait que 170 hab. en 1962, 240 en 1970 et s’est alors couverte de lotissements, montant à 4 200 hab. en 1990. L’expansion se poursuit et la commune a gagné 600 hab. de plus entre 1999 et 2009. Avec Saint-Gély-du-Fesc, Saint-Aunès et Mauguio, sa municipalité a mené la fronde contre une insertion forcée dans l’agglomération de Montpellier, et obtenu gain de cause en 2004. Elle adhère à la communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup.