Saint-Étienne-du-Rouvray

28 500 hab. (Stéphanais) dont 470 à part, 1 825 ha dont 485 de bois, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Rouen, 6 km au SSE de la ville sur la rive gauche de la Seine à l’extrémité de la forêt du Rouvray. La commune avait atteint 6 000 hab. en 1905, 15 400 en 1954; sa population a culminé à 37 200 (sdc) en 1975 et diminue depuis; elle aurait perdu 1 100 habitants de 1999 à 2008. Le territoire de la commune est largement urbanisé et loge à la fois cités, lotissements et industries. Le grand ensemble d’HLM de la cité du Château Blanc, au sud, et la Cité Hartmann à l’est, ont été classés en zone urbaine sensible. Tout le bord de Seine est occupé par les installations de la zone industrielle Est du Bord de Seine et le Centre multimarchandises.

Parmi les principaux employeurs sont l’entreprise suédoise d’équipements pour l’automobile Autoliv (410 sal., commandes électroniques de coussins gonflables); la fabrique d’ouate et cellulose Sodipan (groupe Georgia Pacific, produits d’hygiène, 330 sal.); la fabrique de matériel électrique Morpho (270 sal., ex-Sagem Sécurité au groupe Safran ); la papeterie et la cartonnerie Europac (180 et 65 sal.), à une firme espagnole qui a racheté en 2008 l'ancienne usine Otor, ex-La Chapelle-Darbla (350 salariés en 2005). S’y ajoutent la boulangerie-pâtisserie industrielle Touflet (70 sal.) et une fabrique de confiserie (Bonbons Garnier, 65 sal.), les ateliers de mécanique Fabbro (45 sal.) et Morisse-Nayrat (engrenages, 45 sal.), les fabriques de savons et détergents Copak (45 sal.), de bétons KP1 (40 sal.); installations électriques ETDE (125 sal.), Forclum (110 sal.), Sonorac (110 sal.), Ineo (70 sal.), Ipelec (40 sal.), STN (Solutions Télécoms, 45 sal.), et thermiques Eiffage (85 sal.); carrosserie de camions Niort (50 sal.), ascenseurs Kone (45 sal.), travaux publics Viafrance (140 sal.).

Le transport est abondamment représenté par Roulle (130 sal.), TFE (150 sal.), Calberson (140 sal.), Schenker-Joyau (160 sal.), Mory (90 sal.), TNT (60 sal.), Heppner (50 sal.), Ziegler (50 sal.), Chronopost (40 sal.); entreposage SLD (50 sal.). Le négoce l’est par Anjac (groupe Mabille, 130 sal., fournitures pour salles de bain), le CERP (125 sal., distribution de médicaments), fournitures industrielles Normandie Manutention (, 95 sal.), et Albaut-Villette (45 sal.), les Vitrages Saint-Gobain (70 sal.), Nollet (matériel électrique, 55 sal.), la location de matériel de chantier Loxam (70 sal.), la distribution d'électricité ERDF (65 sal.), les négoces d'alimentation NPN (60 sal.) et de matériel agricole MTD (45 sal.).

Dans les services apparaissent les analyses agrobiologiques SGS Multilab (100 sal.), les nettoyages PEI (100 sal.) et la Pyrénéenne (40 sal.) l'enlèveme,nt d'ordures SNN (110 sal.), le traitement de déchets Ortec (65 sal.); publicité Mediapost (130 sal.) et Adrexo (90 sal.); gestion immobilière Le Foyer stéphanais (120 sal.), ingénierie Ginger (50 sal.), informatique Web Solutions (50 sal.). La ville a aussi un gros centre commercial Leclerc (350 emplois), un Intermarché (40 sal.), un Novotel (40 sal.).

Le Technopôle du Madrillet, sur 200 ha en bordure de forêt à l’ouest de la ville et au terminus du métro de Rouen, est «orienté vers les technologies émergentes de l’automobile et l’aéronautique»; il est doté d’un «complexe de recherche interprofessionnel en aérothermochimie» (Coria), a reçu notamment le laboratoire Multilab, l’Insa (Institut national des sciences appliquées, école d’ingénieurs, issue de l’ancienne école de Chimie de Rouen), l’Esigelec (école d’ingénieurs en électricité) et des parties de l’université de Rouen (physique, mathématiques, informatique), ainsi qu’un lycée professionnel. Le technopole achevé devrait compter 4 500 étudiants et 400 chercheurs, 2 500 salariés d’entreprises. Sur 9 000 personnes de la commune ayant un emploi, 2 900 travaillaient dans son périmètre en 1999.

La ville est dotée de cinq collèges et un lycée publics, et a équipé des centres de loisirs et de culture; elle accueille aussi une clinique (18 lits). Elle partage avec Sotteville la grande gare de triage, ainsi que le vaste domaine de l’hôpital psychiatrique de Rouvray sur la hauteur; à l’extrémité NO du territoire, elle inclut l’hippodrome des Bruyères et ses nombreux terrains de sports. Le maire est Hubert Wulfranc, communiste, professeur d’histoire et géographie, également conseiller général du canton. Le canton a 24 100 hab. (23 400 en 1999), 2 communes, 4 044 ha dont 1 289 de bois; l’autre commune est Oissel, au sud.