Saint-Étienne-lès-Remiremont

3 970 Stéphanois, 3 381 ha dont 2 334 de bois, commune du département des Vosges dans le canton de Remiremont, juste en face du chef-lieu sur la rive droite de la Moselle. Le nom a été complété en 1937. La commune avait 1 400 hab. dans la première moitié du 19e s; mais elle est brusquement passée de 1 800 hab. en 1891 à 3 200 en 1896; après un léger déclin, elle a retrouvé ce niveau en 1954, et crû jusqu’en 1982 (4 500 hab. sdc); elle a perdu 180 hab. de 1999 à 2008. Le ban communal borde la Moselle sur 8 km en aval de Remiremont et s’étend sur 9 km vers le NNE, englobant la forêt domaniale de Fossard.

La commune était nommée Val Moselle jusqu’en 1936; elle eut au 19e s., une usine textile qui occupait encore un millier de personnes vers 1950 (Geliot), fut achetée par DMC et transférée en 1988 à Saint-Nabord; Saint-Étienne a encore perdu dans les années 1990 les deux tissages Poncée et Vogt. Le site de l’ancienne usine DMC est devenu une zone industrielle qui accueille quelques activités; centre Leclerc (140 sal.), comptabilité KPMG (25 sal.) et Enerys (25 sal.), constructions Devers (25 sal.), peintue Bové (25 sal.); appareils de contrôle Divoux (FMT, 25 sal.), mécanique M&A (30 sal.), agencement de magasins Peltier (30 sal.). La commune est le siège d’un escadron de la gendarmerie mobile. Elle figure parmi les villes fleuries (trois fleurs).