Saint-Florent-le-Vieil

2 760 hab. (Florentais), 2 470 ha, chef-lieu de canton du Maine-et-Loire dans l'arrondissement de Cholet, 38 km au nord de Cholet en bord de Loire. Le bourg occupe un promontoire de schiste dominant la Loire, le Montglonne, et les pentes du coteau; beau point de vue de l'esplanade. Ce site fut occupé très tôt et reçut une abbaye au 7e siècle, dont les moines fuirent jusqu'à Tournus au moment des invasions normandes. Un prieuré bénédictin fut rétabli au 10e s., sous l'autorité de Saumur; il en reste l'église du 18e s., où se trouve le célèbre tombeau de Bonchamps par David d'Angers, et un musée lapidaire et religieux.

La ville close est pleine de ruelles et de maisons anciennes; musée d'histoire locale et des guerres de Vendée, dont Saint-Florent fut un dernier appui. La ferme abbatiale des Coteaux, un peu à l'ouest, propose expositions et aquariums et un centre d'initiation à la nature. La ville, «station verte de vacances», a un collège public et un privé; Julien Gracq y naquit en 1910. La commune a eu 2 300 hab. en 1851-1866, 1 700 en 1936 et a crû depuis, mais n'a gagné que 70 hab. entre 1999 et 2009. Elle est le siège de la communauté de communes du canton de Saint-Florent-le-Vieil, qui correspond exactement au canton.

Outre une laiterie du Parc (Celia, 100 sal., du groupe de Craon), spécialiste de produits secs, la commune a quelques ateliers: charcuteries du Grand Saloir Saint-Nicolas (65 sal.), dont l’usine principale est au Mesnil-en-Vallée, escaliers de bois Davy (80 sal.), maroquineries Belli Atlantique (40 sal.) et Aarhus (35 sal.); entreprise de plomberie Gauthier (80 sal.), négoce de quincaillerie Saxo (35 sal.), magasin Intermarché (20 sal.).

Le canton a 17 600 hab. (15 900 en 1999), 11 communes, 19 187 ha; il s'étend d'ouest en est au sud de la Loire dans les Mauges. Le Marillais (1 060 Marillaisiens, 947 ha), 6 km à l'ouest de Saint-Florent, a été fortement marqué par les guerres de Vendée (fusillade du Champ des Martyrs) durant l'hiver 1793-1794, et accueille un pèlerinage marial dans une chapelle du début du 20e s., dont les vitraux évoquent les guerres de Vendée. La population a gagné 380 hab. de 1999 à 2009, soit 56%.

La Chapelle-Saint-Florent (1 280 Capelloflorentais, 1 584 ha), 6 km au SO du chef-lieu, est bordée à l'est par le cours encaissé et sinueux de l'Èvre; le beau cirque de Courossé y est formé par un méandre encaissé. Le château de la Baronnière a été édifié en 1854 en style troubadour sur quelques restes plus anciens; musée du moulin de l'Épinay; meubles de cuisine Gravouille (30 sal.), vins Bourret (30 sal.).

Botz-en-Mauges (820 Botzéens, 1 574 ha), 7 km au sud du chef-lieu sur la route de Cholet, abrite les transports Gazeau (40 sal.) et la maçonnerie Boisseau (60 sal.). Saint-Laurent-du-Mottay (800 Laurentais, 1 463 ha), 6 km ESE de Saint-Florent, conserve l'ancienne prévôté de l'abbaye (16e s.) et accueille la menuiserie Tharault (35 sal.) et trois entreprises pour le bâtiment: pièces en béton Stradal (ex-Chapron-Leroy, 35 sal.), ciment armé Socap (35 sal.). La première a gagné 130 hab. de 1999 à 2009, la seconde 80.

Juste à l’est, Le Mesnil-en-Vallée (1 500 Mesnilois, 1 772 ha), 7 km à l’est du chef-lieu, se tient sur le coteau de Loire; au pied, s’étalent de larges alluvionnements traversés par le cours de la Tau et ses fonds humides. La commune englobe une moitié de l’île Meslet, l’autre relevant du Fresne-sur-Loire, première commune de Loire-Atlantique sur la rive droite; quelques habitations sont sur les levées face à Ingrandes. La commune héberge la charcuterie du Grand Saloir Saint-Nicolas (270 sal.), un foyer pour handicapés; elle a gagné 190 hab. entre 1999 et 2009.

À l’extrême SE du canton, Saint-Laurent-de-la-Plaine (1 740 Planilaurentais, 1 844 ha), 18 km au SE de Saint-Florent, a équipé une cité-musée des métiers de tradition, avec des ateliers reconstitués; gros élevage avicole de la Bohardière (Grelier, 680 sal., poussins, pintadeaux et surtout dindonneaux) et transports avicoles ALS (110 sal.), menuiserie Perrault (140 sal.), agencement de magasins CAA (65 sal.), restaurant Mauneau (Arc Loc, 20 sal.). La population communale augmente depuis les 920 hab. de 1931 (+170 hab. de 1999 à 2009).

Sa petite voisine de l’ouest Bourgneuf-en-Mauges (710 Viconovéens, 1 164 ha) héberge la Versaillaise, société de groupage et messageries (35 sal.) et les pépinières Jarry (horticulture, 35 sal.); la commune n’a été créée qu’en 1865 à partir de La Pommeraye et de Saint-Laurent-de-la-Plaine, sous le nom de Bourgneuf, complété en 1897. Le gentilé est une construction faussement savante traduisant Bourgneuf en latin de cuisine avec vicus (bourg) et novus (neuf)… Enfin, au NE du canton, les communes de Montjean-sur-Loire et La Pommeraye sont les plus peuplées.