Saint-Hilaire-du-Harcouët

4 400 hab. (Saint-Hilairiens) dont 300 à part, 1 012 ha, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l’arrondissement d’Avranches, 26 km SE de celle-ci sur la N 176, dans la vallée de la Sélune. La ville, actif centre de foires et de marchés, a été reconstruite après 1944 et elle est bien équipée en commerces et services. Elle a un centre d’art sacré, le plan d’eau du prieuré; centre hospitalier (50 lits), collèges privé et public, deux lycées privés, un lycée public et un lycée agricole public (aux Loges-Marchis), maison pour enfants inadaptés; centre Leclerc (90 sal.).

Parmi ses activités domine une grosse cartonnerie Alliora ex-Allardi (260 sal., coffrets, étuis, boîtes de luxe); confection féminine (RW, 25 sal.); aliments pour animaux Sofivo (25 sal.); installations électriques Secam (20 sal.); négoce d'équipements d'automobiles Sodiama (60 sal.); transports Jourdan (250 sal.). Saint-Hilaire avait déjà plus de 3 000 hab. au 19e siècle; sa population est montée au-delà de 5 000 hab. en 1975 puis a diminué; elle a encore perdu plus de 400 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du canton de Saint-Hilaire-du-Harcouët excède légèrement le canton en réunissant 13 communes, 12 100 hab., et siège au chef-lieu.

Le canton a 11 600 hab., 12 communes, 14 818 ha dont 390 de bois; limitrophe de l’Ille-et-Vilaine et touchant au département de la Mayenne, il est traversé par la Sélune, qui y reçoit l’Airon. Les habitants du canton sont assez fortement attirés par Rennes. Parigny (1 850 Parignais, 1 162 ha) est en banlieue nord de Saint-Hilaire, dont elle a quelques activités: magasins Carrefour (35 sal.) et Bricomarché (20 sal.), Centre d'abattage Saint-Hilairien (30 sal.) et viandes Teba (20 sal.), transports Cherbonnel (30 sal.), travaux publics Hardy (55 sal.); château du 15e au 17e s. Virey (1 030 Viréens, 1 694 ha) est juste à l'ouest du chef-lieu, accueille les Ateliers électroniques de la Sélune (AES, 30 sal.) fournitures CDJ Loisirs (30 sal.); son finage s'étend sur le plateau entre la vallée encaissée de l'Yvrande au nord et celle de la Sélune au sud, que rehausse le long lac de barrage de Vézins. Chacune de ces deux communes a gagné 110 hab. de 1999 à 2008.

Saint-Martin-de-Landelles (1 200 Landelais, 1 991 ha), 8 km au SO du chef-lieu, est au sud de la Sélune; elle a un parc de loisirs (l’Ange Michel) qui profite du plan d’eau du barrage de Vézins. La commune est férue de courses cyclistes et a même été «ville-étape» du Tour de France de 2002; constructions Mangeas (75 sal.); la population communale a tendance à diminuer et s'est abaissée de 50 hab. entre 1000 et 2008; elle était de 2 000 hab. en 1806, 1 500 en 1906. Saint-Brice-de-Landelles (650 Briçois, 1 477 ha) est au sud-est de la précédente et son finage atteint également au nord le cours de la Sélune.

Les Loges-Marchis (1 170 Bonotiers dont 150 à part, 1 978 ha), 4 km au sud du chef-lieu, hébergent le lycée agricole public de Saint-Hilaire et un musée «Revoir le passé» (outils et objets anciens) dans une ferme; restes de l’abbaye de Savigny au bord de l’Airon, qui rejoint la Sélune, rive gauche, juste en aval du bourg de Saint-Hilaire-du-Harcouët; tout près, le château de la Chaize est un beau manoir des 15e et 19e s. La commune a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2008.

Moulines (310 hab., 741 ha), 6 km au SE du chef-lieu, a une fabrique de remorques agricoles Lair (30 sal.).; parc du domaine du Bois Ferrand. Milly (340 hab., 965 ha), 8 km ENE du chef-lieu, a un Musée vivant de la Faisanderie et une distillerie de spiritueux au Domaine du Coquerel (20 sal.). Le Mesnillard (290 hab., 975 ha) 6 km NNE du chef-lieu, est la commune la plus septentrionale du canton et s'orne du manoir de la Faucherie (16e et 19e s.).