Saint-Lyphard

4 380 hab. (Lyphardais), 2 463 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton d'Herbignac, 7 km au SSE de celle-ci. Son territoire est bordé à l'est sur 9 km par le rivage de la Grande Brière; à l'extrême SE, le site de Bréca, flanqué d'un port, donne une vue intéressante sur une partie lacustre du marais, d'où partent deux grands canaux. Non loin, le village de Kerhinet, reconstitué «à l'ancienne» avec 18 chaumières, a été choisi comme site d'information du Parc régional de Brière, doté d'une maison des artisans et d'un musée paysan et du chaume, d'un centre de formation à l'environnement, d'un marché artisanal; aux environs subsistent le dolmen du rocher de Rohain et l'allée couverte de Kerbourg.

Le bourg a une église néo-romane du 19e s., à très haut et mince clocher. Au nord, le village de Hoscas est en voie de rénovation pour le tourisme et le gîte, près du port de la Pierre Fendue. La commune est fleurie (trois fleurs) et «station verte de vacances»; elle affiche 700 chaumières. Sa population est en forte hausse (1 300 hab. en 1965) et s'est accrue de 1 120 hab. entre 1999 et 2006, soit +34%; plomberie (Crusson, 35 sal.), toitures étanches Certbat (25 sal.), plâtrerie (Legal, 20 sal.), pépinières (Gicquiaud, 20 sal.).