Saint-Martin-Vésubie

1 100 hab. (Saint-Martinois), 9 713 ha dont 3 224 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes dans l'arrondissement de Nice, 66 km au nord de la préfecture à 960 m. Le centre villageois, très coloré, est sur la rive gauche du Boréon au confluent du Vallon de la Madone de Fenestre qui vient de l'est, mais les maisons s'étalent tout le long du pied des versants. Saint-Martin a quelques vieux hôtels comme le palais Gubernatis (17e s.), une porte des anciens remparts, deux chapelles; Musée des traditions vésubiennes, médiathèque, Maison du Département. Elle est dotée d'un collège public et d'un hôpital local intercommunal (8 lits médicaux, 50 en tout).

La commune fut un centre d'alpinisme à la fin du 19e s., point fort de la «Suisse niçoise», et s'est équipée de plusieurs refuges. Le finage s'organise en deux profondes vallées. Celle du Boréon descend du Mercantour; le cirque de tête, entouré au nord par la Tête de la Ruine (2 984 m), la Cime de l'Agnel (2 927 m) et les Cayres de Cougourde (2 921 m), à l'est par la Cime du Lombard (2 842 m), à l'ouest par le mont Pélago (2 768 m), s'orne des lacs Bessons (2 541 m), des Sagnes (2 198 m) et Trécolpas (2 148 m); le refuge de la Cougourde (2 100 m) y est installé. Un peu plus bas, au hameau du Boréon, débouche de l'ouest le vallon de Salèse, que remonte une petite route jusqu'au col de Salèse et, plus loin, jusqu'à Mollières au nord de la commune de Valdeblore. Au nord du hameau, un sentier donne accès au lac du Mercantour (2 454 m) sous la Cime du Mercantour (2 772 m). Le hameau bénéficie d'une cascade, et d'un petit lac de retenue d'où part une conduite souterraine qui alimente une usine électrique au bord du Boréon, mais à la limite sud de la commune, également approvisionnée par une autre conduite issue de la Gordolasque dans le canton voisin. La vallée est équipée pour le ski nordique (30 km de pistes).

L'autre vallée vient du cirque de la Madone de Fenestre à l'est; il est dominé par la Cime du Gelas (3 143 m) à la frontière, point culminant du département, et les monts Ponset (2 825 m) et Neiglier (2 785 m) un peu au sud. Il contient les lacs de Fenestre (2 266 m), Blanc (2 665 m), Mort (2 527 m), Cabret (2 485 m), Balaour ou de l'Isolette (2 342 m) et les cinq lacs de Prals (2 260 à 2 280 m); refuge (à 1 905 m) et sanctuaire de la Madone de Fenestre, d'origine bénédictine, avec statue en bois polychrome, reconstruit au 19e s.

Le canton a 1 200 hab., 2 communes, 11 511 ha dont 4 276 de bois. L'autre commune est celle de Venanson (120 Venansonnois, 1 798 ha dont 1 052 de bois), beaucoup moins étendue et entièrement à l'ouest du Boréon. Ce «village pittoresque des Alpes-Maritimes» se perche à 1 160 m face à Saint-Martin, mais la route qui y monte est longue de plus de 4 km. Elle se prolonge par une petite route qui fait presque le tour du cirque, dominé par le mont Tournairet (2 085 m) au sud, le mont Chamanche (2 098 m) à l'ouest, et le pic de Colmiane (1 790 m) au nord; chapelle du 15e s., ouvrage fortifié du Conquet au nord. La station de neige de Valdeblore est très proche des deux villages.