Saint-Martin-d'Auxigny

2 100 hab. (Martinois), 2 408 ha dont 650 ha, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Bourges, 15 km au nord de la préfecture. La bourgade, longtemps cantonnée à 1 600 hab., et qui en eut 3 000 en 1866, a commencé à sentir dans les années 1980 les effets de la périurbanisation; mais sa population est restée stable après 1999. Située dans les premières collines du Pays Fort, elle campe au milieu d’un original bassin de vergers, spécialisé dans la pomme golden; cartonnages Carcial (groupe Emin-Leydier, 25 sal.), supermarché Carrefour (45 sal.).

Le canton a 12 500 hab. (12 100 en 1999), 11 communes et 24 502 ha dont 7 586 de bois. À l'ouest, très boisé, il est aux franges de la Sologne. De grands vergers de pommiers plantés par des mercenaires écossais au temps de Charles VII avaient valu à son territoire d'être dénommé «la Forêt» et les Forétins, ou Forestins, qui étaient traditionnellement propriétaires de leurs arbres, avaient une réputation d'aisance et de créativité. La tradition s'est en partie maintenue dans plus d'une centaine d'exploitations fruitières, sur quelque 2 200 ha de vergers de basse tige. Les onze communes forment la communauté de communes dite En Terres Vives.

Les plus fortes densités de vergers sont à l'ouest et au sud-ouest de Saint-Martin-d'Auxigny. Juste à côté du chef-lieu, à 1 km au sud, Saint-Georges-sur-Moulon (750 Moulonnais, 946 ha) est le siège de l'active coopérative fruitière (Cosama-Berry, 100 sal.), créée en 1947, qui a lancé et développé la pomme golden; la production annuelle est d'environ 70 000 t de pommes, dont 60% sont exportées, pour 1 500 ha; mais la golden cède peu à peu la place à d'autres variétés, dont la pink lady, et à d'autres fruits (poires); cartonnages CGP Berry (20 sal.). Quantilly (450 hab., 1 269 ha) au nord de Saint-Georges, Vignoux-sous-les-Aix (670 Vignogillois, 1 494 ha) à l’est, Pigny (770 Pignaciens, 800 ha) au sud-est, relaient cet effort; Pigny accueille une entreprise de clôtures (Dirickx, 20 sal.).

Le nord-ouest du canton est tenu par Allogny (1 000 Allognois, 4 953 ha dont 3 000 de bois), 17 km au NNO de Bourges; le village est situé en clairière et la commune contient une vaste forêt domaniale (2 500 ha) qui est le principal «poumon vert» proche de Bourges; un maquis y fut établi dès le début de 1942. Allogny n'avait que 530 hab. en 1968, contre 1 100 en 1886; sa population croît depuis et a gagné 90 hab. de 1999 à 2005, environ 10%. Au nord de Saint-Martin-d'Auxigny, Saint-Palais (620 hab., 2 612 ha dont 713 de bois), qui a un cachet de village médiéval et une aire de loisirs, organise un marché et des rencontres annuelles internationales de potiers; une briqueterie a fermé en 1998, mais son activité a été relancée fin 2006 avec une recherche de qualité et d’artisanat d’art. La commune cache un centre d'enfouissement des déchets d'une capacité de 2 Mm3 . Elle donne au nord sur la forêt de Saint-Palais, dont la plus grande part est cependant à Méry-ès-Bois, dans le canton voisin. Elle participe aux vergers de la Forêt. La population communale reste stable depuis 1985 environ; elle avait atteint 1 200 hab. en 1856, et un minimum de 490 hab. en 1975.

Dans l'angle nord-est, 19 km au NNE de Bourges, Menetou-Salon (1 700 Monestrosaloniens, 3 766 ha dont 1 200 de bois), perchée sur une longue colline, boisée au nord et qui mène à Henrichemont, est connue pour son vignoble, rehaussé par une AOC particulière depuis 1959, étendue à dix communes: 90 récoltants, 1 090 ha classés dont 450 en production, 280 en sauvignon (18 000 hl de blanc), 170 en pinot noir (10 000 hl de rouge); une confrérie des Chevaliers du Paissiau l'anime. La commune elle-même cultive 227 ha de vignes et a aussi un négoce de fruits (Le Colombier, 20 sal.); elle a eu jusqu'à 2 800 hab. en 1896, et seulement 1 300 en 1968; elle croît lentement depuis (+30 hab. de 1999 à 2005). Menetou a aussi un château qui avait appartenu à Jacques Cœur; il a été refait au 19e s. en style néogothique par le prince d'Arenberg, enrichi d'une bibliothèque, et propose au visiteur une collection de véhicules, un jardin en labyrinthe et un musée des lampes à huile.

Au sud du canton, Fussy est déjà en banlieue de Bourges. Sa voisine Vasselay (1 200 hab., 2 021 ha dont 296 de bois), qui touche également à Bourges et participe aux cultures fruitières de la Forêt, a reçu les bureaux de la Sofaxis (courtage d'assurances, 400 sal., au groupe Dexia) et un atelier de tubes inox (RTI, 45 sal.); elle abrite l'administration de la communauté de communes En Terres Vives. Au nord de la commune subsiste le menhir dit la Pierre à la Femme, c'est-à-dire à la Fée, près du château de Puyvallée (19e s.). Vasselay n'avait que 560 hab. en 1954 (940 en 1872) et croît depuis, mais très modérément depuis 1990.

Saint-Éloy-de-Gy (1 600 Gyacomois, 3 120 ha dont 1 433 de bois) complète la frange périurbaine de Bourges au sud-ouest du canton; au nord-ouest du village, le gros hameau de Bourgneuf occupe une clairière à vergers à l'extrémité méridionale de la forêt domaniale d'Allogny; châteaux de Dame et de Bressermenault (19e s.) au sud-ouest, le premier avec un beau jardin d'agrément. La population communale augmente depuis 1975 (920 hab.).