Saint-Ouen

43 300 hab. (Audoniens) dont 350 à part, 431 ha, chef-lieu de canton de la Seine-Saint-Denis dans l'arrondissement de Bobigny, limitrophe de Paris au NNO. Deux voies traversent son territoire, issues des portes de Clignancourt à l'est et de Saint-Ouen à l'ouest. La première correspond à la D 14 (avenue Michelet), la seconde à la D 111 (avenue Gabriel-Péri) et rejoint la D 410 rectiligne qui vient de la porte de Clichy (boulevard Victor-Hugo). Le centre-ville, avec la mairie, est à leur jonction, où vient aussi du sud-est la longue rue du Docteur-Bauer, ancien chemin de La Chapelle au pont sur la Seine. La D 410 et la D 14 se croisent plus loin, mais hors de la commune, au carrefour Pleyel de Saint-Denis.

La commune est limitée à l'est par le faisceau ferroviaire issu de la gare du Nord, le long duquel s'étend le vaste cimetière parisien de Saint-Ouen (27 ha), et au nord-ouest par la Seine. Entre le fleuve et la D 410 s'étendent la grande zone industrielle des Docks, qui remonte à 1830, et, en aval, le Vieux Saint-Ouen, qui forme un quartier à part près du pont de Saint-Ouen. Un embranchement ferroviaire relie les Docks à la voie ferrée orientale et traverse ainsi toute la ville en son centre; il franchit la Seine vers Asnières et Gennevilliers puis Ermont-Eaubonne. Saint-Ouen est desservie par les stations Garibaldi et Mairie-de-Saint-Ouen de la ligne de métro n°13, et par la gare du RER C de Saint-Ouen au sud-ouest. Le quartier des Docks, proche de la gare, est en cours de transformation sur une centaine d'hectares; il doit recevoir près de 4 000 logements autour d'un parc paysager et d'un réaménagement des berges de la Seine.

Une célébrité de Saint-Ouen est le marché aux Puces, près de la porte de Clignancourt; zone protégée, il occupe 3 ha sur plusieurs rues, et enregistre 2 500 stands. Saint-Ouen a un château des environs de 1820 à la place d'un château du 17e s. qui fut la résidence de campagne de Necker, et entretient un musée d'histoire locale près du pont; l'église du Vieux-Saint-Ouen est en partie du 12e s., mais très remaniée. La ville a aussi un musée Pierre Cardin, une ancienne usine Citroën (classée), et le stade de Paris servant au Red-Star (stade Bauer). Un Espace culturel 1789 et un centre de culture scientifique Atlas sont en centre-ville. La commune est dotée de trois collèges publics et deux lycées publics, deux instituts médico-éducatifs, de la clinique du Landy (70 lits, 100-200 sal.) et de trois maisons de retraite.

Les groupes Robert Bosch (500-1 000 sal.), Danone (250-400 sal.), Nokia (250-400 sal.), Unilever (200-500 sal.) ont leurs sièges français à Saint-Ouen. Les autres principales entreprises sont celles des matériels de transports Alstom (500-1 000 sal.), des parfums Gemey Maybelline (250-400 sal.) du groupe L'Oréal, qui a un autre site en propre (250-400 sal.), des informaticiens Bull (250-400 sal.), Gehis (100-200 sal.) et Neocles (100-200 sal.), des ingénieries Oger (200-500 sal.), EAT (100-200 sal.) et GIC (100-200 sal.).

La ville accueille aussi Saint-Ouen HLM (100-200 sal.), les installations d'eau et gaz Balas Mahey (200-500 sal.), la climatisation Énergies Services (Cofathec, 250-400 sal.), les entreprises de secrétariat Solendi (200-500 sal.), Crown (100-200 sal.) et SDV (100-200 sal.) le courtage Solly Azar (100-200 sal.), le conseil SVP (250-400 sal.), la banque BNP (250-400 sal.). Dans les commerces se signalent Leroy-Merlin (100-200 sal.) et Conforama (100-200 sal.), les négoces alimentaires Unilever (200-500 sal.), pharmaceutique OCP (500-1 000 sal.), d'habillement Celio (famille Grosman, 200-500 sal.), de cosmétiques Lascad (groupe L'Oréal, 200-500 sal.), de boissons Bacardi Martini (250-400 sal.) et Lixir (société mixte des groupes W. Grant et Rémy-Cointreau, 100-200 sal.), d'ordinateurs Asap (100-200 sal.), d'informatique CFI (100-200 sal.), d'équipements Fenwick (100-200 sal.) et Au Forum du Bâtiment (100-200 sal.), d'électroménager BSH (groupe allemand Bosch et Siemens, 200-500 sal.); réparations de matériel de bureau Infotec (100-200 sal.), vente par correspondance Rue du Commerce (200-500 sal.) et Beauté Créateurs (groupe L'Oréal, 100-200 sal.).

Saint-Ouen abrite en outre les nettoyages Action Service (100-200 sal.), Challancin (500-1 000 sal.), VBN (100-200 sal.) et Axence (250-400 sal.), les gardiennages Audit Securité (100-200 sal.) et Challancin (100-200 sal.); le groupe de presse Le Parisien Libéré (200-500 sal.), son imprimerie de journaux (200-500 sal.) et son routage (100-200 sal.), les publicités Manchette (100-200 sal.) et Altavia (100-200 sal.); le traiteur Raynier Marchetti (100-200 sal.); un centre d'appels Club Med (200-500 sal.), les taxis G7 (100-200 sal.) et la location d'automobiles GIC (100-200 sal.) et de terrains GIC Développement (100-200 sal.), le soutien de spectacles Aston (250-400 sal.); GDF Suez (250-400 sal.), RATP (500-1 000 sal.), Traitement Industriel de déchets (100-200 sal.).

Les remaniements de 1860 ont enlevé à Saint-Ouen une partie de son territoire, intégrée à Paris, mais lui ont apporté des parties des communes disparues de Montmartre et La Chapelle. La commune avait 1 500 hab. en 1851, 11 300 en 1876, 35 400 en 1901. Elle a atteint 53 100 hab. en 1931 puis sa population a diminué jusqu'à 38 700 en 1999; elle aurait repris 3 000 hab. depuis. La ville enregistre 8 200 logements sociaux, soit 46% du parc; les revenus moyens sont faibles et le chômage élevé. La municipalité est traditionnellement dirigée par le Parti communiste; le maire est Jacqueline Rouillon-Dambreville, également conseillère générale. Le canton a 25 700 hab., une fraction de la commune relevant de celui de Saint-Denis-Sud.