Saint-Pé-de-Bigorre

1 290 hab. (Saint-Péens), 4 344 ha dont 2 676 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées dans l’arrondissement d’Argelès-Gazost, 13 km à l’ouest de Lourdes sur la rive droite du gave de Pau. De l’ancienne abbaye de Génerez, reste une église abbatiale du 12e s., réaménagée au 17e. La commune a un petit musée d’une brasserie artisanale; maison de santé spécialisée pour enfants. Son territoire s’étend au sud de l’Adour sur les reliefs des Pyrénées, où il atteint 1 528 m au Soum de Moulle et comporte d’autres grottes sous la forêt de Très Crouts (les Trois Croix); deux petits campings.

Elle est surtout connue par les grottes de Bétharram, qui s’ouvrent sur le versant de rive gauche, sont riches en concrétions et très aménagées pour la visite, avec petit train et lac souterrain; découvertes en 1810, elles ont été exploitées à partir de 1903; l’entreprise emploie 30 personnes. Saint-Pé, qui n’est «de Bigorre» que depuis 1962, a eu jusqu’à 3 000 hab. dans la première moitié du 19e s., et s’est lentement dépeuplée ensuite; elle a encore perdu 70 hab. entre 1999 et 2009.

Le canton a 2 200 hab., 4 communes, 5 881 ha dont 2 910 de bois; il est limitrophe des Pyrénées-Atlantiques, où se trouvent Lestelle-Bétharram et sa chapelle, à ne pas confondre avec les grottes. Il est fort boisé, et dépeuplé. Au nord de Saint-Pé, la forêt de Mourle relève de la commune de Lourdes, qui coupe en deux le canton et sépare ainsi de Saint-Pé les communes septentrionales de Loubajac (400 hab., 655 ha) et Barlest (280 Barlésiens, 402 ha), qui sont au bord de l’Ousse. La quatrième commune, Peyrouse (290 hab., 480 ha), est au bord du Gave en amont de Saint-Pé et a 50 hab. de plus qu'en 1999.