Saint-Rémy-de-Provence

10 000 hab. (Saint-Rémois) dont 200 à part, 8 909 ha dont 3 381 de bois, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l’arrondissement d’Arles, 29 km au NE d’Arles. La ville est un peu en avant des Alpilles; le centre historique se tasse au sein d’un boulevard circulaire et conserve nombre d’hôtels bourgeois des 17e-18e s. Vers le sud au pied du relief est le grand site archéologique romain de Glanum avec thermes, arc de triomphe, baptistère et mausolée. Un centre archéologique avec musée est installé dans l’hôtel Sade du 15e s. Saint-Rémy offre aussi l’ancien prieuré de Mausole (11e-12e et 17e-19e s., qui abrite une maison psychiatrique), le musée des Alpilles (arts et traditions) dans un hôtel du 16e s., le centre d’art Van Gogh et un musée des arômes.

Le reste du finage occupe une large partie de la plaine, irriguée par le canal des Alpilles et ses diverses branches, dont le canal des Alpines qui court vers le nord en direction de Noves et de Châteaurenard. Outre les arènes de ville, la manade des Alpilles a aussi les siennes; château de Lagoy (17e-18e s.) avec parc et chapelle St-Bonnet au nord, château de Roussan à l’ouest avec de beaux jardins. À l’est, sont la chapelle de Romanin et l’aérodrome du Mazel de Romanin, où se pratique le vol à voile (aéroclub des Alpilles). Le territoire communal englobe au sud la partie centrale du versant d’ubac des Alpilles, qui monte à 389 m à la Caume; il en déborde la crête au sud-est, à la Vallongue et Pierredon, où s’isole une chapelle mariale; il contient en tout 160 ha de vignes et de nombreuses cultures fruitières et maraîchères

La ville a un collège public et un centre de convalescence (45 sal.), 400 emplacements de camping et une vingtaine d’hôtels totalisant 430 chambres. Ses principales entreprises sont Aqualux (140 sal.), qui fabrique des éclairages de piscines et tient un négoce de matériels de piscine; des fabriques d’équipements de contrôle Pam (40 sal.) et de réservoirs métalliques GLI (Gaz liquéfiés Industrie, 35 sal.), d’huiles essentielles Florame (35 sal.); recherche pharmaceutique Sexmoor (25 sal.), produits chimiques Tec (35 sal.) et MMCC (20 sal.). Elle a aussi un Intermarché (80 sal.), un négoce de matériel électrique Technic Eau (30 sal.) et un gardiennage RM (30 sal.); horticulture et pépinières Tezier (40 sal.), aménagements paysages des Jardins de Glanum (20 sal.).

La commune, dont le nom a été allongé en 1953, avait déjà plus de 6 000 hab. entre 1840 et les années 1920; sa population a un peu augmenté ensuite, passant les 8 000 hab. en 1968. Elle a gagné 450 hab. de 1999 à 2007, ce qui lui a permis de dépasser sensiblement les 10 000 hab.

Le canton a 15 200 hab., 5 communes, 17 168 ha dont 6 185 de bois. Maillane dans la plaine au nord-ouest a atteint les 2 000 hab. Au sud, Les Baux-de-Provence est le village le plus connu, mais Maussane-les-Alpilles est également dans le canton. La dernière commune est Paradou (1 200 Paradounais, 1 615 ha dont 400 de bois), qui est juste au sud des Baux, au pied des reliefs, et offre un musée en forme de Village des santons. Au sud, son finage s’étend dans les anciens marais des Baux, où subsiste un lac. La commune avait 530 hab. en 1968 et sa population a plus que doublé depuis.