Saint-Tropez

5 500 hab. (Tropéziens), 1 118 ha dont 310 de bois, chef-lieu de canton du département du Var dans l'arrondissement de Draguignan, 60 km au SSE de celle-ci. La ville est sur la côte sud du profond golfe de Saint-Tropez, orienté ouest-est. Elle a été rendue célèbre par la fréquentation médiatisée des personnalités du spectacle et des affaires, et ses bars, ses restaurants et ses glaciers sont surchargés en été par les curieux qu'attire leur réputation. Elle offre une citadelle des 16e-17e s. où sont exposées de nombreuses sculptures, un port de plaisance de 750 places admettant de grands yachts.

La commune n'est pas très étendue. À l'est de la ville s'ouvre la baie des Canebiers, fermée par le cap Saint-Pierre. Puis, au-delà de la pointe de Rabiou, le rivage s'infléchit vers le sud-est jusqu'au cap de Saint-Tropez, puis vers le sud-ouest jusqu'au cap du Pinet. Les châteaux des Salins et de la Moutte (19e s.) sont à l'est, au-dessus de la plage des Salins. Les lotissements de villas s'éparpillent sur tout le plateau, qui porte aussi le château de la Massardière et la chapelle Sainte-Anne.

Saint-Tropez propose le musée de l'Annonciade (peinture du 20e s.) et une maison des Papillons, le musée-galerie de la Massardière. Elle cultive 218 ha de vignes et a une cave coopérative. Elle est dotée d'un collège public et d'un centre hospitalier (50 lits médicaux, 90 en tout). La principale entreprise est le chantier naval de l'armement public DCNS (260 sal.) qui travaille sur les armes sous-marines. Le reste relève surtout des activités de loisir: hôtels Le Byblos (260 sal.), de la Messardière (110 sal.), la Pinède (80 sal.), le Yaca (40 sal.), la Mandarine (40 sal.), la Bastide (35 sal.); constructions Guillec (60 sal.).

Saint-Tropez fut nommée Héraclée en 1793. La commune a eu plus de 3 500 hab. durant tout le 19e s., puis sa population a un peu augmenté dans l'entre-deux-guerres (4 600 hab. en 1931); elle a culminé à 6 200 hab. en 1982 puis a diminué jusqu'en 1999; elle aurait regagné 150 hab. en 2005. Saint-Tropez a aussi 3 400 résidences secondaires (contre 2 800 résidences principales), 800 chambres d'hôtel dont 750 en trois et quatre étoiles, mais pas de camping.

Le canton a 19 800 hab., 7 communes, 16 262 ha dont 8 643 de bois. Les communes les plus peuplées sont les plus proches du chef-lieu: Gassin et Ramatuelle, La Croix-Valmer et Cavalaire-sur-Mer. Celle-ci est suivie vers l'ouest par Rayol-Canadel-sur-Mer (710 Rayolais-Canadelliens, 683 ha dont 385 de bois), qui est à 27 km du chef-lieu par la route et à 10 km à l'est du Lavandou. La commune n'est autonome que depuis 1949, quand elle a été détachée de La Môle, avec 370 hab. Sa population a culminé à 890 hab. en 1982 et diminue depuis; elle serait tombée à 500 hab. en 2005, soit une perte de près de 200 hab. (-28%) depuis 1999. Toutefois, la commune enregistrait près de 1 000 résidences secondaires en 2005, pour 220 résidences principales. Son territoire est très petit, serré entre le cap Nègre, qui est à l'ouest mais hors du finage, et la pointe de la Chappe au sud-est; il s'arrête à la première crête des Maures, que franchit une petite route au col du Canadel; beaux jardins botaniques du domaine du Rayol près du rivage, plages de Canadel à l'ouest et du Rayol au centre.

Au nord, la commune de La Môle (800 Môlois, 4 528 ha dont 4 000 de bois) s'étend plus largement dans le massif des Maures et n'a pas d'accès à la mer. La Môle, rivière qui y reçoit la Verne et qui rejoint la Giscle à Cogolin, traverse toute la commune dans un ample bassin. Outre le parc nautique Niagara, un petit aérodrome a trouvé place dans sa vallée, avec une piste engazonnée de 1 180 m et l'aéroclub de la Côte des Maures et de Saint-Tropez. Un château du 19e s. avec parc est à l'est du village; sur le relief au nord, ancien castrum et chapelle ruinée du 14e s. La Môle cultive 154 ha de vignes. Le nom s'écrivait jadis La Molle mais son orthographe a été changée en 1862. Réduite à 250 hab. après l'émancipation du Rayol, sa population augmente lentement depuis; La Môle a très peu de résidences secondaires; un camping de près de 400 places.